Système réaliste ?

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Doji Satori » Mer Fév 16, 2011 9:04 am

Kakita Inigin a écrit:Dans un cadre SF, le réalisme, c'est quoi ? :OO13

Le réalisme de ce qui peut exister et qui n'existe pas encore n'a rien à envier au réalisme de ce qui a pu existé et qui n'existe plus ! :;)

Discuter du réalisme du combat à l'arme blanche, discuter du réalisme du voyage par hyper-espace ou discuter du réalisme d'un orc, c'est idem.

Il s'agit toujours de croire en la réalité de la fiction par rapport à sa vision subjective et non d'une correspondance par rapport à une réalité objective. Toujours.

Quand bien même le contexte de jeu se situera dans le monde réel de 2011, son traitement sera très certainement fantasmé sur des modèles fictionnels connus de tous.
Par exemple, un JdR ayant pour cadre un hopital avec des joueurs n'étant pas dans le milieu médical a davantage de chance de ressembler à "Urgence" ou "Docteur House" que "Hopital de Trifouilly - la vraie vie".
Modifié en dernier par Doji Satori le Mer Fév 16, 2011 9:11 am, modifié 1 fois.
Le réalisme en JdR n'est pas la correspondance de l'univers ou du système par rapport à une réalité objective.
Le réalisme en JdR, c'est croire en la réalité de la fiction par rapport à sa vision subjective.
Doji Satori
 
Messages: 111
Enregistré le: Mer Fév 28, 2007 5:03 pm
Localisation: Epinal dans les Vosges

Messagepar Rom1 » Mer Fév 16, 2011 9:07 am

Tant que ça ressemble pas à Grey's Anatomy...
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Julien H » Mer Fév 16, 2011 9:18 am

Tout ça parce qu'il n'y a pas de bonnâsse !
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Ultimo Pepito
 
Messages: 6959
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 12:25 pm

Messagepar Kakita Inigin » Mer Fév 16, 2011 10:41 am

réalisme du combat à l'arme blanche

Objection Votre Honneur, ça existe encore. Dans les commandos de marine qui trucident les sentinelles au couteau. :;)

Pour parler de SF, dans la BD La guerre éternelle, les combinaisons "guérissent" les blessures. Un jdr qui s'en inspirerait pourrait mettre en œuvre des mécanismes de soin similaires ; dans la BD Aldébaran, la symbiose avec la Mantrisse permet aux membres de repousser ... la fiction permet de changer les paradigmes du "bon sens". Est-ce que ce qui est réaliste dans un contexte Mantrisse est réaliste d'un point de vue joueur (et correspond aux mêmes références) ? Un dernier exemple (jamponisant) : dans le manga Basilisk, les ninja font des arrêts du tranchant avec la joue. :3))
Un homme, un sabre, un poème
Kakita Inigin
Bot
 
Messages: 374
Enregistré le: Lun Juin 15, 2009 8:21 am
Localisation: Auprès de mon Rhône...

Messagepar Doji Satori » Jeu Fév 17, 2011 11:57 am

On ne va pas se prendre le chou à jouer sur les mots Inigin (ce ne serait pas la première fois ::D ).

Les combats à l'arme blanche n'existent plus, leur existence "réelle" relève du domaine anecdotique et quand bien même ne constitue pas le référentiel "réel".
La "réalité" d'un combat à l'arme blanche est le cinéma, la BD et autres sources qui nourissent l'imaginaire.
Quand je (et c'est valable pour la quasi totalité des rôlistes) visualise un combat, c'est des images de toutes ces sources qui me viennent, je ne connais pas la réalité d'un combat à l'arme blanche, je n'ai pas de formation de combattant à l'arme blanche pour de vrai, je n'ai jamais combattu pour de vrai à l'arme blanche (qui fait des trous dans la vraie peau) et n'ai jamais vu (directement ou non) de personnes combattre réellement à l'arme blanche.

Grosso modo la réalité n'existe pas en JdR et la réalité on s'en fout en JdR.
Mais le sentiment du "réel" de ces fictions est tellement fort qu'on se l'approprie tous de façon inconsciente comme la "réalité" (et plus le référentiel fictionnel est riche, dense, plus la conceptualisation et ce besoin de réalisme est important).

Mais c'est en étant conscient que sa vision du combat à l'arme blanche (par exemple car c'est une attente de réalisme qui revient souvent) n'est pas le réel mais uniquement sa propre appréhension du combat à l'arme blanche à travers sa culture de l'imaginaire que l'on arrive d'une part à désamorcer des discussions polémiques et d'autre part à définir le "réel" du combat à l'arme blanche pour telle tablée et tel jeu (être sur la même longueur d'onde quoi).

Le besoin de réalisme existe tant pour un contexte ou un système de jeu réel qu'un contexte ou un système imaginaire.
La force de ce besoin n'est pas fonction du réel ou fictionnel (on s'en fout encore une fois du "réel" en JdR) mais de la précision du référentiel, des sources du jeu et des attentes de la tablée.
Ainsi, dans un cadre aussi strictement défini que le seigneur des anneaux de Tolkien pour une tablée d'aficionado les attentes de réalisme vont être particulièrement fortes et de mon point de vue bien supérieures à celles mises habituellement dans un contexte "réel".
Pour prendre un autre exemple, les attentes de réalisme par rapport au Japon (qui n'existe pas encore une fois) sur un un jeu japonisant comme L5A peuvent être particulièrement fortes. Il faut bien les identifier pour pouvoir les désamorcer.

Ce qui est important en JdR est le réalisme, croire en la réalité de la fiction dans un degré divers d'immersion et de distanciation pour le joueur.

Ainsi, jouer un médecin réaliste au quotidien en JdR ne va pas être reproduire le quotidien réel d'un médecin (bonjour monsieur / madame, je vous ausculte, ça fait 23 € x nb de consultations dans la journée) mais le réaliste d'un médecin de greyhouseurgency allant de la trachéo au bic au dégraphage de soutif' d'infirmières (avec le même bic).

Ainsi, jouer un soldat réaliste en JdR ne va pas être reproduire le quotidien réel d'un soldat (marcher - manger - dormir) mais le réaliste d'un soldat de gloriusapocalypsevietnamhero aternant mission rescue - infiltration - reco - perm (avec dégraphage de soutif' itou mais sans bic) - remise de médaille - hôpital - assaut avec en fond 24.234 morts et mutilés divers / 24.237 figurants.

Pour moi, le réalisme (nb ici dans le sens de la reproduction du monde réel) en JdR n'est pas verser dans un quotidien répétitif chiant, incarner monsieur tout le monde, couper les cheveux en quatre à pinailler sur la "vraie" cadence de tir de l'AK47 ou subir l'arbitraire du MJ parce que sauter sur une mine / mourir d'une septicémie ça n'arrive pas qu'aux autres.

Oui, Bayard défendant seul un pont est possible dans un contexte réaliste tout comme une bergère qui va voir un roi de France après tout mais :
- c'est l'exploit qui va rester dans l'Histoire avec un grand H. Trop d'exploit tue l'exploit dans le réalisme. Bayard défendant son pont tous les matins, non.
- En face de Bayard, ce n'était certainement pas des space marines assoifés de sang mais plutôt des gars qui n'avaient pas envie d'être le premier à y passer et qui ne disposaient pas d'armes à distance.

Ce qui suit en dessous est très subjectif mais c'est là que se situe pour moi le réalisme (ici encore dans le sens de la reproduction du monde réel) et pas ailleurs.
Le réalisme en JdR se situe dans la volonté de briser certains clichés qui nous viennent du cinéma hollywoodien et qui constitue par défaut le réalisme en JdR.

Davantage de réalisme implique pour moi que les PNJ / figurants n'apparaissent pas dans l'histoire juste pour affronter les héros / PJ façon Orangina rouge jusqu'à la mort et jusqu'au dernier.
Ils ont leurs motivations, en premier lieu la préservation de leur vie. Ils ont une connaissance de leurs propres capacités etc. Toutes les considérations qui ont fait que dans la vraie vie de l'histoire humaine finalement quand on se tapait dessus, ce n'était pas si fréquent que cela et que rapidement celui qui perdait se rendait ou fuyait.

La philosophie martiale de Tenga pour moi n'a rien de spécifique à un monde japonisant, elle est au contraire universelle et convient fort bien effectivement au monde de Harn de mon point de vue.
L'un comme l'autre sont des mondes durs, violents même mais pour autant le recours à la force ne s'y envisage pas à la légère, la vie a un prix, un risque et un coût. Un individu n'a justement pas survécu deux décennies aux misères de la vie d'un monde difficile pour mourir bêtement dans un combat où il n'a rien à gagner ou que risque est trop grand et le gain trop faible.

Un baron de Harn peut très bien attaquer les terres de son voisin mais il peut très bien aussi perdre les siennes, sur le plan militaire mais aussi politique par le biais des alliances et liens de féodalité.
Les tribus le long des routes sont belliqueuses mais un groupe bien armé dissuadra la plupart des attaques car une opposition forte signifiera un nombre conséquent de blessés et de morts et donc à terme la destruction de la tribu.
Bref, tout combat à Harn nécessite AMHA un contexte détaillé précis.

Après, tout est une question de graduation puissance PJ / puissance milieu et de l'importance de l'aléatoire dans le système.
Mais ceux-ci n'interfèrent pas avec le réalisme.
A chacun ses goûts.

EDIT le 22-02 d'une remarque bêtement blessante écrite "à chaud", quelques fautes criardes et tant qu'à faire je radote un peu encore parce que j'aime ça ...
Le réalisme en JdR n'est pas la correspondance de l'univers ou du système par rapport à une réalité objective.
Le réalisme en JdR, c'est croire en la réalité de la fiction par rapport à sa vision subjective.
Doji Satori
 
Messages: 111
Enregistré le: Mer Fév 28, 2007 5:03 pm
Localisation: Epinal dans les Vosges

Précédente

Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron