[Egotrip] Pourquoi écrire ses propres jeux ?

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Rom1 » Jeu Mai 05, 2011 6:20 pm

Ouhlà, ma courte période dépressive fut un néant créatif total. De même mes coups de blues récurrents me coupent tout envie d'écrire.
Je ne peux produire que si je vais bien, que je suis bien dans ma tête et dans ma peau.
2009 fut d'ailleurs une année de total improductivité après l'affaire Devâstra.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Coraline » Jeu Mai 05, 2011 6:23 pm

Quand je déprime j'écris des poèmes glauques, quand je suis contente j'écris des nouvelles, quand je suis stable je me sens de repartir sur mes véritables travaux d'écriture - en gros :)
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Sevoth » Jeu Mai 05, 2011 6:41 pm

J'ai toujours considéré que j'écrivais mal, pour ma part.

Pas intéressant, répétitions à tout va, rien à raconter, mauvaise mise en forme...

J'écrivais néanmoins assez régulièrement.

Mais j'ai pris la décision de sceller définitivement ma plume. Ou plus précisément de la réserver à mon travail de juriste, en écrivant des choses ennuyeuses. :]
Sevoth
"J’écrisse jusqu’à devenusser criasse, larme et
pleur.
J’écrisse jusqu’à m’arrachalasser la peauterie
du corps.
J’écrisse jusqu’à tomberir dans la poussière et
devenusser poussière.
" L'effrayable.
Avatar de l’utilisateur
Sevoth
Salle de billard +1 (avec jacuzzi)
 
Messages: 942
Enregistré le: Lun Fév 16, 2009 10:09 pm
Localisation: Noisy le Sec (93). Yes, america : come get me.

Messagepar Mithriel » Jeu Mai 05, 2011 7:04 pm

Rom1 a écrit:2009 fut d'ailleurs une année de total improductivité après l'affaire Devâstra.


C'est indiscret de demander ce qui s'est passé ?
Image Image
Avatar de l’utilisateur
Mithriel
D30
 
Messages: 798
Enregistré le: Mer Déc 19, 2007 11:21 am

Messagepar Coraline » Jeu Mai 05, 2011 7:05 pm

Mithriel a écrit:
Rom1 a écrit:2009 fut d'ailleurs une année de total improductivité après l'affaire Devâstra.


C'est indiscret de demander ce qui s'est passé ?


Sans doute, sauf si on considère qu'il n'y a pas de questions indiscrètes, seulement des réponses, puisqu'après tout il ne peut ne pas t'en apporter :p

(ça c'était l'autre remarque inutile du jour ^^).
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Mithriel » Jeu Mai 05, 2011 7:08 pm

Gné ? s://(( -->://((s://(( -->

L'idée, c'est qu'une vague curiosité me pousse, mais que si elle n'est pas satisfaite pour des raisons que je peux imaginer, ce ne sera pas un problème.
Image Image
Avatar de l’utilisateur
Mithriel
D30
 
Messages: 798
Enregistré le: Mer Déc 19, 2007 11:21 am

Messagepar Coraline » Jeu Mai 05, 2011 7:10 pm

Je n'ai pas dit le contraire, je rapportais juste un dicton : il n'y a pas de question indiscrètes, seulement des réponses. Rien de plus :)
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Bob Darko » Jeu Mai 05, 2011 7:12 pm

Dans tous les cas, ce n'est pas le lieu pour en parler.
Revenons plutôt au sujet.



Pour ou contre l'ego de Cédric Ferrand?






Ha non?
Merde.
L'arme la plus mortelle de l'homme est son cerveau. C'est pourquoi je ne l'utilise que si j'y suis vraiment obligé. ~Rat-man
La gamme complète Imputrescibles en téléchargement gratuit!
Avatar de l’utilisateur
Bob Darko
Pulmono Massacro
 
Messages: 3374
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 9:35 am

Messagepar Kakita Inigin » Jeu Mai 05, 2011 11:33 pm

Dragon de Saint-Etienne, ah non ça veut pas dire ça StephLong ? a écrit:Du coup je voudrai rebondir, faut-il avoir des angoisses pour créer, faut-il avoir une certaine noirceur pour avoir envie de l'extérioriser en écrivant ? Ou certains d'entre vous en plus de savoir bien écrire sont ils des maitres zens ?

Pour l'angoisse, je ne sais pas (une angoisse de ne pas laisser de trace, peut-être ?), mais pour la noirceur, je suis bien persuadé que ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui ont plein de déchirements intérieurs, et que ceux qui imaginent les pires saloperies, soit en ont vécu (et se sont blindés, ou pas), soit en ont commises.

Après, si je dis que je me compte dedans (ceux qui en parlent le mieux), on va dire que je suis prétentieux. Disons que c'est bien l'un des rares domaines où je connais mon sujet (la prétention). :8p

Coraline a écrit:Quand je déprime j'écris des poèmes glauques

J'ai fait ça aussi. C'était trop glauque, j'ai arrêté. Pour obtenir un bon résultat, je me fixe des défis (y compris idiots). En fait j'écris beaucoup à l'égo (j'assume : au sens négatif du terme), mais j'essaie aussi de me motiver par des défis personnels (ce qui est une forme positive d'égo, enfin je crois).
Un homme, un sabre, un poème
Kakita Inigin
Bot
 
Messages: 374
Enregistré le: Lun Juin 15, 2009 8:21 am
Localisation: Auprès de mon Rhône...

Messagepar Mithriel » Ven Mai 06, 2011 6:24 am

Kakita Inigin a écrit:En fait j'écris beaucoup à l'égo


Essaye le stylo ! +-->
Image Image
Avatar de l’utilisateur
Mithriel
D30
 
Messages: 798
Enregistré le: Mer Déc 19, 2007 11:21 am

Messagepar Pénombre » Ven Mai 06, 2011 8:36 am

StephLong a écrit:Du coup je voudrai rebondir, faut-il avoir des angoisses pour créer, faut-il avoir une certaine noirceur pour avoir envie de l'extérioriser en écrivant ? Ou certains d'entre vous en plus de savoir bien écrire sont ils des maitres zens ?


Non. Ca dépend de ce que tu veux dire. Par contre, il faut avoir un besoin de façonner au moins ses rêves, ses aspirations et ses parts plus sombres dans d'autres configurations que ton vécu lorsque tu n'écris pas.

Plus simplement : il faut avoir envie/besoin de sortir de son expérience directement vécue, soit en partant dans des directions qui s'en éloignent, soit en tournant autour et en décrivant certains de ses aspects de manière plus ou moins allégorique.

Dans les faits, on ne crée donc rien "ex nihilo", mais tout n'est pas forcément non plus directement autobiographique.

Après, on peut éprouver le besoin d'écrire explicitement de manière autobiographique, évidemment. De manière travestie (à travers des situations et personnages fictifs) ou pas. Il peut s'agir d'une période - liée à des évènements vécus - ou d'un besoin récurrent de s'immerger dans un passé ou un présent qu'on arrive pas à solder. Ou encore, qu'on a besoin de revisiter pour se faire un peu souffrir, pour les plus pervers d'entre nous. (J'emploie le mot "pervers" dans son sens clinique, et rien de plus alors on ne s'affole pas).

Après, la dimension de qualité est évidemment plus subjective. On peut savoir bien écrire certaines choses, et pas d'autres. De la même manière qu'un illustrateur de talent n'est pas forcément un bon dessinateur de BD, parce que ça mobilise des aptitudes différentes (en termes de technique mais aussi d'organisation) autour d'un champ de compétence initial commun. Il peut être excellent dans les deux, ou pas. Il peut même se voir essentiellement comme l'un (illustrateur ou dessinateur) et découvrir par l'expérience qu'en fait il a plus d'affinité avec l'autre.

On peut avoir envie à un moment d'écrire à la volée, et à d'autres de cheminer dans un processus plus long et méthodique. On peut aussi se diversifier, et même à un moment découvrir qu'on a fini par perdre la main sur certaines formes d'écriture. Parce qu'on a plus la muse, ou parce qu'on s'est aventuré avec tant de passion dans une autre démarche qu'elle a fini par nous imprégner en profondeur et nous fournir de nouvelles façons d'envisager l'acte d'écriture.

Je crois que c'est comme dans la majeure partie des aspects de l'existence : on n'accumule pas, on change. Ce changement a indéniablement une dimension récurrente (on a ses propres figures de style, on a des thèmes récurrents plus ou moins explicites, une méthodologie, voire même des rituels personnels pour aborder ou entretenir la muse) mais je pense qu'il y a peu de choses réellement constantes, définitives. Pas plus qu'on ne l'est soi-même en général, en fait.

On peut être l'homme d'une seule oeuvre, d'un seul type d'oeuvre, d'une multitude d'oeuvres. On peut espérer être un de ces hommes, et devenir un autre par le vécu. On peut aussi avoir la passion, mais ne pas parvenir à la partager avec l'autre, le lecteur.

Plus c'est personnel, plus c'est intime, et plus cette dimension de partage se rapproche du lancer de bouteille dans la mer : tu mets le message dedans, mais tu ne sais pas s'il sera lu, qui le lira et ce qu'il en fera. Ca peut être rassurant d'avoir son public, mais fondamentalement, à titre purement personnel, j'ai une admiration certaine pour les gens qui ont justement leur public, mais qui essayent de vivre avant tout leur expérience créatrice, quitte à perdre ce public.

A ce niveau, je n'aborderais pas les multiples facettes de la dimension commerciale ou de l'expérience d'artiste vivant de son art, parce que je n'ai rien d'intéressant à dire sur un sujet qui justement ne relève pas de la création intime mais de l'oeuvre partagée à travers des impératifs ou des besoins voire des ambitions économiques. Je dirais juste que lorsqu'un artiste, quel qu'il soit, disparait de la scène publique parce que sa dernière oeuvre n'a pas plu, et bien, quelque part, j'espère que dans son coin, il continue à créer avant tout pour lui et que cela lui plait, même s'il sait que plus personne ne veut lire les messages dans les bouteilles qu'il lance à la mer.

Avant toute chose, je crois que créer, c'est une autre manière de s'aimer soi-même, (y compris en se haissant ou en se dénigrant, pour les plus pathologiques ou les plus souffrants d'entre nous) et c'est cela, la source de la passion. Car on ne crée rien qui ne vienne de nous-même. Tout le reste a son importance : l'estime d'autrui, l'admiration, les échanges, l'argent... mais avant tout, ça n'est pas contrairement à une idée répandue l'amour de l'autre que l'on cherche. C'est l'écho de l'amour de soi qu'il éveille en nous-même.

Ca n'est qu'à partir de ce moment, lorsque l'autre entre en jeu, que l'égo apparait. Parce que l'égo, c'est pas s'aimer, justement. C'est chercher à ce que les autres te disent à leur manière que tu peux encore le faire.

Lorsque tu crées, lorsque tu penses, lorsque tu vis par toi-même, lorsque tu médites, lorsque tu ne fais rien et que cela te comble, alors il n'y a pas d'égo. L'égo n'existe pas quand on est seul. Il n'existe que lorsque l'on cherche chez l'autre ce qu'on n'arrive pas (ou plus) à trouver en soi.

En avons nous réellement besoin ? Ma foi... j'ai ma réponse en ce qui me concerne, et je crois qu'elle n'intéresse que moi.

Est ce que l'égo est une mauvaise chose ? Non. Il fait partie de notre nature et il est normal qu'il se manifeste. C'est ce que nous faisons de sa manifestation qui importe. A ce niveau là, chacun a sa philosophie, plus ou moins consciente.
La page blanche
Ce champ d'incertitude
Attend le printemps

chiaroscuro-jdr.blogspot.com
www.penombre.com
Pénombre
 
Messages: 179
Enregistré le: Sam Sep 12, 2009 6:53 pm
Localisation: Dans ma tête, mais des fois, j'ai un doute...

Messagepar Coraline » Ven Mai 06, 2011 10:17 am

Joli post, Pénombre.

Mais il m'a fait touché du doigt une chose : la raison pour laquelle une personne écrit n'appartient qu'à elle.

Les différents témoignages que nous avons là, ajouté aux quelques ouvrages littéraires où l'auteur se confie que j'ai pu lire, le révèlent.

L'acte d'écrire est intime. Et comme tout acte, il ne saurait être motivé par une seule raison. Il y a les raisons conscientes, et les inconscientes. A chacun de savoir pourquoi il passe à l'acte, mais à chacun aussi de pouvoir les dévoiler ou pas. Au final, je ne crois pas que ce soit une chose qu'on puisse révéler sur un lieu public comme un forum, plutôt quelque chose que l'on garde pour soi, pour son confident, ou son public si on s'en sent le courage.

Dire pourquoi on écrit, en chercher toutes les causes, c'est se mettre à nu.

Même si des raisons aussi triviales que l'argent ou la gloire peuvent entrer en compte, il peut aussi y avoir le besoin le besoin de reconnaissance, d'être compris, celui de la fuite avec le réel, l'envie de lutter contre lui (là je pense bien sûr aux œuvres engagées), le besoin de dire à tous (ou quelqu'un de particulier ?) "J'existe !", et beaucoup d'autres auxquelles je ne pense pas dans l'immédiat.

En fait je me rends compte que je n'ai pas forcément envie de savoir pourquoi chacune des personnes présentes sur ce forum écrit. Non pas parce que ça ne m'intéresse pas, mais parce que les vraies raisons qui poussent à l'acte créatif sont intimes. (Mais que ça n'empêche pas de le dire à ceux qui ont en vie de l'exprimer, ce n'est que mon point de vue personnel !)

Par contre, je songe à une chose. L'acte créatif, quelqu'il soit, et aussi ludique qu'il soit, est un acte de pure liberté. On n'écrit pas par contrainte extérieure, parce qu'il le faut, par lâcheté. On écrit parce qu'on le veut. Que ce soit un acte délibéré, fait par choix, ou un besoin pour se sentir bien, ou encore une force qui semble venir de l'extérieur (mais perso cela fait longtemps que sur ce point j'ai abandonné Platon). C'est une acte de liberté. Et donc, même si on écrit pour d'autres, un acte de solitude.
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar StephLong » Ven Mai 06, 2011 10:26 am

Ecrire au moins de manière pro réclame souvent de respecter un certain cadre donc la liberté est moindre, d'autant plus quand l'écriture est collective.

Pour ce qui est de l'intime tu as sans doute raison sûrement plus sur une écriture ludique car on s'expose moins AMTHA.
Avatar de l’utilisateur
StephLong
Magnifico Pepeto
 
Messages: 4922
Enregistré le: Jeu Mar 01, 2007 4:12 pm
Localisation: Dunwich isarien

Messagepar Coraline » Ven Mai 06, 2011 10:32 am

Excuse moi, mais je n'ai pas compris ta dernière phrase...
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Rom1 » Ven Mai 06, 2011 10:47 am

Ecrire au moins de manière pro réclame souvent de respecter un certain cadre donc la liberté est moindre, d'autant plus quand l'écriture est collective.


Je pense que Coraline évoque plus le choix de se lancer là-dedans, la pulsion de départ. Après tout, qd on choisit d'écrire en pro', on sait qu'il y aura des contraintes - on pourrait ne pas le faire si on les estime trop chiantes.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

PrécédenteSuivante

Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invités

cron