Epiphanies rôlistiques

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Epiphanies rôlistiques

Messagepar GregPogor » Ven Mai 13, 2011 1:47 pm

Vous savez, ces moments où il se passe un truc, un déclic qui va vous changer votre façon de jouer ou de mener. Comme quoi la théorie c'est bien mais c'est avec la pratique qu'on comprend. Exemple.

Dernièrement, c'est encore avec mon chouchou Apocalypse World, mais c'est accessoire. Pendant la partie, en gros, la PJ ninja-stripteaseuse du groupe et deux mecs de son gang ont deux ennemis en joue, complètement sans défense. Parce qu'elle a pas envie de se faire chier avec deux otages, elle ordonne à son homme de main de flinguer le surnuméraire.

Et là je me dis "c'est dégueulasse d'agir comme ça." Et là déclic. J'ai envie de le faire remarquer, mais j'ai pas envie de casser a) l'ambiance et b) les couilles de la joueuse avec mes réflexion à deux balles. Du coup, au lieu de garder mon opinion pour moi ou de la dire cash de MJ à joueur, je la mets dans la bouche d'un PNJ. Le ganger balance "eh, patron, je peux pas faire ça, c'est dégueulasse..."

Du coup il se passe plein de trucs. Déjà, au lieu de réagir hors-jeu à une situation en jeu, j'évite de casser la scène qui ma foi tourne bien. Ensuite, d'un coup d'un seul, Do, le Ganger rebelle, cesse d'être un nom en l'air et une vague description et pouf, devient un vrai personnage, avec une motivation, un conflit, une personnalité tout ça. Aussi, je laisse l'opportunité au joueur de s'exprimer sur la situation non pas en tant que joueur, mais en tant que personnage - après tout c'est son perso qui parle, non ?

Enfin, j'ai un conflit autrement plus intéressant que "est-ce qu'on arrive à buter tout le monde". La PJ a dû forcer le PNJ à le faire - ce qui épaissit son perso, on sait de quoi elle est capable pour avoir ce qu'elle veut et quelle image ont les PNJ d'elle. Le mec a suivi les ordres mais est parti dégoûté. Ca aura des conséquences. L'autre otage est moins jouasse, déjà. Coton pour le faire parler. Pis Do va peut-être commencer à se rebiffer grave.

Bref du bon gros roleplay sans chichi mais plein de saveur.

Eh ben du coup, j'ai ajouté à mon répertoire de maîtrise la règle suivante : quand j'ai quelque chose à dire à mes joueurs sur la situation, je cherche le PNJ qui peut le dire à ma place. Et hop. Ca a l'air évident mais à partir de maintenant, c'est systématique.

Et vous les gens, vous avez eu quoi comme gros déclic qui tache ces derniers temps, autour d'une table ?
System matters. Story now. Go play.
Formaliste de merdre™, structuraliste niveau 3, Vincent Baker's bitch.
Pis j'ai aussi un book en ligne.
[Parental advisory : strong language and sexual references]
Avatar de l’utilisateur
GregPogor
 
Messages: 35
Enregistré le: Sam Avr 30, 2011 10:10 am

Messagepar Pikathulhu » Ven Mai 13, 2011 5:52 pm

J'aime beaucoup.

Moi, mon dernier flash, ça a été en tant qu'orga sur une soirée enquête, mais pour le coup, c'est un principe que je recyclerai en JDR.
J'ai réussi à dire à un joueur : "Tu ne peux pas faire ça, car ça n'a pas d'intérêt narratif". Phrase qu'on peut aisément recycler en des propositions plus constructives telles que : "Es-tu sûr de vouloir faire ça ? Quel est l'intérêt narratif ?" ou "Ne crois-tu pas qu'une autre façon de faire aurait plus d'intérêt narratif ?".
Mon autre épiphanie, je compte la mettre en place à ma prochaine partie demain, où j'expliquerai à mes joueurs l'intérêt que présente pour eux un échec de leurs personnages.
Outsider : Créativité, épanouissement et folklores personnels vus depuis la marge. http://outsider.rolepod.net/
http://www.facebook.com/folkloreoutsider + https://twitter.com/Outsider_Daily + Google + : Thomas Munier
Avatar de l’utilisateur
Pikathulhu
Dark ambient (homme de goût)
 
Messages: 463
Enregistré le: Lun Avr 02, 2007 4:01 pm
Localisation: Morbihan

Messagepar Kakita Inigin » Ven Mai 13, 2011 7:43 pm

Mon déclic en jdr, c'est quand un de mes joueurs m'a dit que je maîtrisais "comme un dieu". Avant, j'avais plutôt des retours négatifs sur les parties que je menais (enfin, rarement, mais parmi les joueurs qui avaient suffisament de caractère pour ça et suffisament d'esprit critique, voyez) ; ça m'a amené à me demander dans quelles situations je menais bien ou pas, et quelles options étaient mauvaises par principe (par exemple, "forcer" le scénario sur ses rails, ou surprotéger les PNJ importants).

Incidemment, ça m'a mené à m'inspirer du contexte (une murder) pour m'astreindre à monter des scénars où les PJ étaient vraiment au coeur de l'intrigue. Quelque stemps plus tard, cette réflexion m'a inspiré de très bons scénarios (c'est pas moi qui les trouve bon, je précise).
Un homme, un sabre, un poème
Kakita Inigin
Bot
 
Messages: 374
Enregistré le: Lun Juin 15, 2009 8:21 am
Localisation: Auprès de mon Rhône...

Messagepar Rom1 » Sam Mai 14, 2011 8:58 am

Vous savez, ces moments où il se passe un truc, un déclic qui va vous changer votre façon de jouer ou de mener. Comme quoi la théorie c'est bien mais c'est avec la pratique qu'on comprend. Exemple.


Pour être sûr de comprendre : ce que tu demandes, ce n'est pas un moment parfait de JdR, genre communion MJ / joueur / histoire. Mais bien un moment, en plein jeu, où on a compris un principe fondamental que depuis on applique systématiquement ?
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar GregPogor » Sam Mai 14, 2011 9:00 am

C'est marrant que vous citiez tous les deux des murders comme éléments de déclic parce que pareil, c'est après avoir organisé quelques murders, puis fait tourné deux murders sur mesure écrites par mes mimines, que j'ai découvert la joie d'une intrigue character driven comme on dit sur RPGNet.

C'est aussi avec les murders que j'ai découvert que trois fois rien c'est déjà une intrigue. Du point de vue du meujeu c'est clair, c'est jamais assez touffu, mais le meujeu, lui, connaît toute l'intrigue. Et pour les joueurs qui découvrent ça par le petit bout de la lorgnette ça devient tout de suite énorme. Parfois, less is more : si je me contente de scène bien terre à terre et que j'ai juste un vague objectif, tant que j'offre dans la scène des trucs à grignoter pour les PJ (un PNJ un peu revèche, un quiproquo, une sale ambiance ou simplement un truc à faire : "y'a un ordi démonté dans un coin. t'as informatique, non ?"), pour un PJ c'est déjà une intrigue. Pas besoin d'écrire Guerre et Paix à chaque fois.

C'est enfin avec les murders que j'ai découvert le plaisir d'être surpris en tant que MJ. C'est marrant de lâcher prise. C'est fun d'avoir une intrigue qui part en cou... dans des directions imprévues. J'en viens, en tant que joueur, à vraiment ne plus souffrir les MJ control freaks qui dès qu'on s'éloigne de leur vision de l'intrigue font un caca nerveux et foutent en l'air la vraisemblance de l'histoire pour nous ramener dans "le droit chemin" (i.e. "comment JE vois les choses"). En me laissant surprendre et en apprenant à aimer ça, je découvre un plaisir génial : celui d'être à la fois écrivain ET spectateur.
System matters. Story now. Go play.
Formaliste de merdre™, structuraliste niveau 3, Vincent Baker's bitch.
Pis j'ai aussi un book en ligne.
[Parental advisory : strong language and sexual references]
Avatar de l’utilisateur
GregPogor
 
Messages: 35
Enregistré le: Sam Avr 30, 2011 10:10 am

Messagepar GregPogor » Sam Mai 14, 2011 9:02 am

Rom1 a écrit:Pour être sûr de comprendre : ce que tu demandes, ce n'est pas un moment parfait de JdR, genre communion MJ / joueur / histoire. Mais bien un moment, en plein jeu, où on a compris un principe fondamental que depuis on applique systématiquement ?


Ben ça peut être un moment de grâce, mais il doit avoir changé ta façon de jouer pour de bon. Y'a un avant et un après dans tes parties. Donc non c'est pas nécessairement une communion MJ/joueur/histoire (bien que c'est le cas de mon premier exemple) mais a) ça s'est passé pendant la pratique, tant MJ que PJ, et b) depuis tu joues/mènes plus pareil.
System matters. Story now. Go play.
Formaliste de merdre™, structuraliste niveau 3, Vincent Baker's bitch.
Pis j'ai aussi un book en ligne.
[Parental advisory : strong language and sexual references]
Avatar de l’utilisateur
GregPogor
 
Messages: 35
Enregistré le: Sam Avr 30, 2011 10:10 am

Messagepar Rom1 » Sam Mai 14, 2011 9:11 am

Ok bon de mon côté, c'est assez simple.

Je suis un gars plutôt timide, et quand je masterisai, mes PNJ manquaient tjs de relief - tjs un peu incarnés de la même façon.
Et puis sur la campagne de Qin, j'avais ce putain de Roi à interpréter. Une gageure, un souverain bipolaire aussi attendrissant que détestable, capable de gueuler comme un taré pour fraterniser juste après avec l'objet de sa colère. Allez, nouveaux joueurs, nouvelle table, nouvelle campagne, je décide d'y aller à fond.
La première fois que ce PNJ s'est emporté contre les PJ, j'ai hurlé comme un damné et j'ai vu l'un des joueurs à côté de moi faire un bond en arrière et me regarder avec des yeux en soucoupes - c'était bien la première fois qu'il se faisait malmener ainsi verbalement autour d'une table de jeu.
Donc j'ai continué, trouvant le ton pour chaque PNJ, mettant la timidité de côté mais sans en faire des tonnes non plus. Mais je n'hésite plus à crier, pleurer, pester, rire, etc. Et je pense que c'est devenu une de mes plus grandes qualités en tant que MJ, de donner vie aux PNJ ainsi.

(après, mes joueurs qui lurkent dans le coin pourront détromper, je m'illusionne peut-être)

--------------------------------------------------------------------

Tjs à Qin, l'illustration du fait que parfois, laisser le hasard décider et octroyer aux règles un rôle dans l'intrigue peut avoir de beaux effets.
Deux exemples marquants :
- Dans le 1er cas, un des PJ séparé de sa femme depuis des années doit la découvrir parquée comme femme à soldats, misérable et dépenaillée. Logiquement une telle découverte doit le mettre en fureur et la situation risquait de devenir dure à gérer. Je lui demande un jet pour savoir s'il la voit (alors que bon, logiquement il passe devant sa femme et ne peut pas ne pas la reconnaître) : échec critique ! La tête ailleurs, il passe son chemin ! Bon, je demande à un autre PJ de faire le même jet et lui réussit : il reconnait la femme mais voyant son état, décide de ne rien dire à son ami et la recueille pdt qques mois pour la soigner et la retaper un peu psychologiquement. Grossière erreur de sa part vu que la femme en question allait ensuite tout faire pour dresser les deux amis l'un contre l'autre, jusqu'à les faire se battre comme des chiffonniers à la veille de la plus gde bataille de la campagne, où ils occupaient le poste de généraux (du coup, imaginez le moral de leurs hommes...).
- 2ème cas, il faut reforger l’artéfact le plus important du monde. Ça tombe bien, un des PJ est forgeron donc je le laisse s'en occuper. De toute façon, il est assisté d'un artisan légendaire donc logiquement il ne peut échouer. Je lui fais faire son jet qd même : réussite critique la plus élevée possible ! Ce qui devait être un simple succès anecdotique devient un exploit céleste, qui fait du PJ le réel dieu de la forge de son temps et le conforte dans le choix de son archétype - ses talents dans ce domaine auront peu servi dans la campagne, mais là, au moment crucial, ça l'a mis sur le devant de la scène comme jamais.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Pikathulhu » Sam Mai 14, 2011 10:16 am

Rom1 a écrit:Tjs à Qin, l'illustration du fait que parfois, laisser le hasard décider et octroyer aux règles un rôle dans l'intrigue peut avoir de beaux effets.
Deux exemples marquants :
- Dans le 1er cas, un des PJ séparé de sa femme depuis des années doit la découvrir parquée comme femme à soldats, misérable et dépenaillée. Logiquement une telle découverte doit le mettre en fureur et la situation risquait de devenir dure à gérer. Je lui demande un jet pour savoir s'il la voit (alors que bon, logiquement il passe devant sa femme et ne peut pas ne pas la reconnaître) : échec critique ! La tête ailleurs, il passe son chemin ! Bon, je demande à un autre PJ de faire le même jet et lui réussit : il reconnait la femme mais voyant son état, décide de ne rien dire à son ami et la recueille pdt qques mois pour la soigner et la retaper un peu psychologiquement. Grossière erreur de sa part vu que la femme en question allait ensuite tout faire pour dresser les deux amis l'un contre l'autre, jusqu'à les faire se battre comme des chiffonniers à la veille de la plus gde bataille de la campagne, où ils occupaient le poste de généraux (du coup, imaginez le moral de leurs hommes...).


ça, c'est juste énorme !
Outsider : Créativité, épanouissement et folklores personnels vus depuis la marge. http://outsider.rolepod.net/
http://www.facebook.com/folkloreoutsider + https://twitter.com/Outsider_Daily + Google + : Thomas Munier
Avatar de l’utilisateur
Pikathulhu
Dark ambient (homme de goût)
 
Messages: 463
Enregistré le: Lun Avr 02, 2007 4:01 pm
Localisation: Morbihan

Messagepar GregPogor » Sam Mai 14, 2011 10:22 am

Pikathulhu a écrit:ça, c'est juste énorme !


Je choucroute. Voilà l'exemple type de pourquoi a) si tu dois tricher sur un jet de dés, fallait pas jeter les dés et b) quand tu jettes ou fais jeter les dés le but c'est pas de minimiser l'imprévisible, c'est de l'assumer et de courir avec !
System matters. Story now. Go play.
Formaliste de merdre™, structuraliste niveau 3, Vincent Baker's bitch.
Pis j'ai aussi un book en ligne.
[Parental advisory : strong language and sexual references]
Avatar de l’utilisateur
GregPogor
 
Messages: 35
Enregistré le: Sam Avr 30, 2011 10:10 am

Messagepar Tlön Uqbar » Sam Mai 14, 2011 1:20 pm

Mon épiphanie rôliste a eu lieu une quinzaine d'année, et elle a commencé avec un grandeur-nature.

Ça se passait physiquement parlant dans le fort de Montmédy et ludiquement parlant dans l'univers de jeu de Hârn.
Il y avait prévu dans le planning du GN l'attague du soir qui se passait en partie dans des souterrains. Les organisateurs avaient ajouté des fumigènes pour l'ambiance, donc on n'y voyait pas plus loin que le bout de son nez et la réverbération sonore était telle qu'on entendait pas grand chose tant ça gueulait de partout. Un vrai chaos guerrier.

Dans la bataille, je suis "tombé" à zéro points de vie. Je me suis donc écroulé à terre comme prévu et j'ai fait le mort. Puis mes petits camarades se sont repliés... En m'oubliant. (Je vous l'ai dit, un vrai bordel). Je suis donc resté à terre avec les "méchants", couché sur mon bouclier et face contre terre. Quand soudain arrive le grand prêtre des ennemis qui commence à passer parmi les gisants. Le dialogue donnait ceci :

Prêtre : "Hors-jeu : Il te reste combien de points de vie ?.."
Gisant : " X / 0 / -2 " (rayez la mention inutile)
Prêtre : "Ok. <Ahem> PAR AGRIK LE PUISSANT, LÈVE TOI ET COMBAT A NOUVEAU ! - Pssst, tu récupères cinq points de vie..."
etc...

Jusqu'à ce qu'il arrive à ma hauteur.
Évidemment, il ne voyait pas mon blason ni sur mon bouclier, ni sur mon tabard.
Donc, quand il m'a demandé combien il ne rstait de points de vie, je lui ai répondu "Zéro".
Et je me suis retrouvé d'un coup à cinq PV.
Je me suis donc relevé lentement et le prêtre a tout de suite compris sa méprise. Il m'a donc lancé un sort de fuite, ce qui fait que je me suis retrouvé à lâcher armes et bouclier, à faire demi-tour et à m'enfuir à toutes jambes en hurlant de peur comme un damné.

Ce sont mes petits camarades qui, entendant moults hurlements foncer sur eux en provenance de l'obscurité des souterrains, m'ont méchamment occis en croyant trucider un démon invoqué.

Après coup, je me suis dis qu'une bataille à la sauce médiévale, c’était tout aussi bordélique et que ce genre de situation devait se voir à la pelle. Donc, plus tard, je me suis retrouvé MJ dans un univers de jeu low fantasy. J'avais deux joueurs qui venait d'être incorporé de force dans un régiment royal pour échapper à la potence pour des crimes relativement minimes.

je passe sur les séances d'entraînement à la dure genre Full Metal Jacket, puis vient la première vraie bataille. Elle se fait sous la pluie, dans la boue, avec des cris de peur, de souffrance et de pitié. Je fais combattre les deux joueurs tour à tour longtemps, très longtemps. Leurs adversaires respectifs semblent endurants et ils encaissent les coups de plus en plus difficilement...

Jusqu'au moment où un des deux dit à l'autre :
"Hé, c'est bizarre. Tu prends exactement le même nombre de point de dégâts que ceux que je fais à mon adversaire..."
Quand ils se sont tous les deux tournés vaers moi, je leur ai simplement dit qu'avec toute la boue qui couvrait leurs tabards et leurs bouclier, ils avaient du mal à reconnaître qui était qui...

Je les faisais se battre l'un contre l'autre depuis au moins une dizaine de rounds de combat, et ils n'avaient rien capté tant ils étaient pris dans le chaos de la bataille.
Depuis, ces deux là font comme dans l'ancien temps.
Ils gueulent leurs noms à tue-tête durant tout le combat pour ne pas se prendre un coup à la "friendly fire".
Les chats existent dans notre monde pour réfuter le dogme que toutes choses furent créées pour servir l'homme.
Froquevielle

Cats ! (La Mascarade)
Avatar de l’utilisateur
Tlön Uqbar
les Griffes de la Nuit
 
Messages: 343
Enregistré le: Ven Jan 09, 2009 10:58 am
Localisation: Tlön, Uqbar, Orbis tertius

Messagepar Capricorne » Dim Mai 15, 2011 11:24 am

Si on part dans ce sens-là, j'ai aussi mon anecdote. C'est plus du genre "révélation dans la vraie vie".

Il y a quelques années, on avait l'habitude se retrouver entre potes rôlistes (et fans de Hurlements, jeu qui nous a réunis) pour le nouvel an dans les Ardennes. Je peux vous assurer qu'à cette époque de l'année, ça caille par là-bas. L'un de nos potes ardennais nous invite à faire une petite balade en forêt (qu'il connaît bien), histoire de se dégourdir les jambes un après-midi. Manque de pot: quelques temps avant, il y avait eu du débroussaillage et autres coupes d'arbres et les repères de la piste avaient changé!
A un moment, évidemment, notre pote commence à douter et on comprend que si on continue comme ça, on va se paumer définitivement. Grosse angoisse, certain(e)s plus que d'autres selon le caractère, d'autant que la nuit commence à tomber étrangement (?!) vite. Dois-je préciser que dans la forêt ardennaise les portables ne passent pas?
:8o
On a donc repris le chemin inverse, solution la plus longue mais la plus sûre. Et c'est dans ce genre d'expérience que tu comprends des choses, déjà sur toi-même, mais aussi sur la gestion d'un tel contexte. Chacun a sa place, en cohésion: les éclaireurs, les rabatteurs, les porteurs (l'une d'entre nous s'est foulé la cheville)... Et puis, tu ressens toute la difficulté du terrain avec le manque de visibilité du crépuscule: les petites plaques de glace sournoises, la bouillasse de neige qui inonde tes chaussures, les racines et pierres blessantes, et les bruits (ou leur absence enveloppante)...
Après coup (oui, on est rentré sain et sauf, quoique tard et frigorifié), on a tous eu cette reflexion rôliste: "le prochain couillon qui me dit qu'il se met à courir de nuit en pleine forêt, surtout dans la neige, je le regarde avec un grand sourire et je réponds 'ouais, c'est ça' en le terminant dans la seconde sans même un jet de dé".

Dans le même état d'esprit (et avec les mêmes potes), on a compris un truc tout bête quand on a visité des châteaux au flambeau: la torche, c'est jamais devant soi, sinon tu ne vois rien de chez rien.

Voilà pour ces petites anecdotes. Parfois, en se confrontant à des situations qu'on a perdues de vue car elles sont absentes de notre quotidien, la vraie vie te remet dans le bain de la vraissemblance (sans être simulationniste à tout prix).
A+, ¢
Modifié en dernier par Capricorne le Dim Mai 15, 2011 1:23 pm, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Capricorne
 
Messages: 344
Enregistré le: Lun Mar 14, 2011 3:38 pm
Localisation: Visiting Puerto Dragon

Messagepar Rom1 » Dim Mai 15, 2011 11:27 am

Ah oué, une forêt ardennaise en plein hiver : vous aviez pas peur... Vous n'êtes pas tombé sur les mutants consanguins ou les sangliers géants carnivores ?
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Capricorne » Dim Mai 15, 2011 11:32 am

Non, on les avait avec nous: c'est eux, mes potes ardennais...
:;)
¢
Avatar de l’utilisateur
Capricorne
 
Messages: 344
Enregistré le: Lun Mar 14, 2011 3:38 pm
Localisation: Visiting Puerto Dragon

Messagepar Videopunk » Dim Mai 15, 2011 4:13 pm

Moi, MJ. J'arrive à la partie, milieu de campagne, genre med-fan. Crac, je remarque que j'ai oublié mon bouquin de règle... Merde.
Et le scénario... Merde.
Et les fiches de perso... Merde.
'Fin bref, tout le contenu du sac.
Je voulais pas faire un one shot ou me casser les bras ballants; j'ai improvisé. Un joueur voulait faire un truc ? "Lance 1D6 fait plus ou autant que 4", ça suffisait. On avait écrit vite faire que certains avaient juste à faire 2 ou plus de 2 pour certaines actions, et ça a suffit.

La partie à été bordélique, déséquilibré, tout ça quoi. A la fin, je me dit "putain, c'est vraiment de la merde sans scénar'". Et puis là y a un joueur qui vient me voir, et qui me sort;
"Et, c'est comme si c'était nous les MJ ! C'était toi qui réagissait à ce qu'on faisait, c'est super !"

... Depuis, j'improvise toute mes parties. Et je crois que je m'améliore !
Je suis punk, anarcho-communiste, existentialiste, panthéiste. J'aime pas la salade ni le jambon, sauf dans un sandwitch. Je suis très propre. Aucune allergie.
Comment ça rien à foutre ?
Avatar de l’utilisateur
Videopunk
 
Messages: 36
Enregistré le: Mer Aoû 25, 2010 1:06 pm

Messagepar Footbridge » Lun Mai 16, 2011 3:22 pm

Le côté "laisser-aller" c'est un truc très très fort et qui m'a beaucoup décomplexé.

Je l'ai ressenti sur Mouse Guard et plus tard sur Burning Empires. Les PJs ont un "tour" des PJs comme le MJ a un "tour" du MJ. Il y a donc une phase du jeu dirigée par le MJ et une autre par les joueurs. Rien de nouveau vous me direz, si ce n'est que là c'est explicitement formalisé dans la règle.

Eh bah franchement, j'ai eu un déclic la première fois que j'ai fait jouer : quelle belle impression de voir les PJs construire de eux même l'histoire en n'amenant que très très peu d'élément en tant que MJ !
Footbridge
Les Légendes de la Garde, la VF ! http://www.leslegendesdelagarde.com
New Heaven, le jdr narratif post apocalyptique sans MJ : http://www.newheaven.fr

Site Web : http://www.footbridge-online.net
Footbridge
 
Messages: 398
Enregistré le: Lun Jan 11, 2010 2:29 pm
Localisation: Lille

Suivante

Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités