Page 1 sur 2

Les Chroniques des féals - le jeu de rôle

MessagePosté: Mer Juin 08, 2011 6:51 pm
par Sombres Sentes
Image

Les Sombres Sentes s'apprêtent à ouvrir de nouveaux passages vers le M'Onde. Les Chroniques des féals, encyclopédie et jeu de rôle, seront bientôt chez Sans-Détour.


La frontière entre les vivants et les morts s'est effondrée. La Charogne marche sur un M'Onde qui doit se transformer pour survivre. Les royaumes nés des féals, ces créatures mythiques qui guident les hommes, se préparent aux heures les plus sombres de leur histoire. La menace charognarde en cache une autre, moins palpable, un mal sourd qui s'insinue dans la trame même de la Création. Des héros brisés se regroupent, conscients que, si la guerre des Cendres est terminée, la fin du M'Onde ne fait que commencer...


Inspirée de l'oeuvre littéraire de Mathieu Gaborit et intégralement illustrée par Nicolas Fructus, cette adaptation vous propose un univers d'une richesse incroyable revisitant les mythes classiques et le bestiaire fantastique. Les hommes, au service de créatures divines, y vivent dans l'espoir de transcender leur essence, de s'affranchir de leur enveloppe pour devenir féal à leur tour, élever l'humanité et protéger le M'Onde.
Des énergies primordiales soutiennent ces aspirations. L'Onde, porteuse du rêve de la civilisation, apaise les esprits et se sacrifie pour ce qu'elle croit être le bien et l'avenir du M'Onde. Pour son pendant, le Fiel, seule compte la survie, le moment présent. Il n'y a pas de bien ou de mal, il n'y a que cet instinct qui refuse la mort et relève les dépouilles.
Aujourd'hui, Onde et Fiel doivent trouver l'équilibre, car tous deux sont menacés. Si aucune braise ne mérite de s'éteindre, c'est pourtant ainsi que tout finit, toujours. L'an mil approche. Les étoiles sont noires, la lune n'est plus jamais pleine. Les orages et les marées balaient le M'Onde et personne ne semble en avoir conscience.

Les seuls qui parlent d'apocalypse sont des fous dont les carcasses finissent bien souvent en place publique. Et puis il y a ces compagnies qui vont sur les routes, moribondes, cherchant la cause du mal, l'étudiant, tentant de le circonscrire. Des compagnies comme la vôtre.
Vous avez contemplé la fin, et elle vous a brisé. Sa marque vous hante mais, depuis, vous voyez le M'Onde d’un regard neuf. Les féals vous assistent de leurs dons. D'autres sont comme vous, rêvant de terres nouvelles et inconnues. Une force vous a guidés les uns vers les autres. Ensemble, vous pourrez prolonger l'agonie et, peut-être, réinventer le M'Onde.

Comme si chaque membre revenait d'un lointain voyage au seuil du Néant (Chroniques des féals, le Roi des Cendres)

Les Chroniques des féals
Le livre-univers et le jeu de rôle
: Automne 2011
Découvrir l'univers des Chroniques des féals aux éditions Bragelonne

--------------------------------------------------

L'équipe des Chroniques des féals regroupe des hommes et des femmes marqués par le JDR :
Mathieu Gaborit (Ecryme, Dark earth, Deadlands, Guildes, Nephilim, Agone),
Nicolas Fructus (Cadwallon, Wasteland),
Philippe Auribeau (L'Appel de Cthulhu),
Pierre Coppet (Agone, Guildes, Capharnaüm, Trinités),
Fabrice Alraune de Boni (Souffre-Jour),
Camille Guirou (éditions Caravelle),
Jérôme Isnard (Souffre-Jour),
Et Olivier Roullier (COPS, AmnesYa 2k51)

--------------------------------------------------

PS : Orfeo a succombé à l'empressement et à la loquacité (la preuve par le texte). Nous reconnaissons bien là la trace du Fiel. Fieffé Basilik !
:;)

Allez, laissons-le parler encore un peu (mais pas trop, il n'y a pas de place plus bas dans la liste des auteurs !)

MessagePosté: Mer Juin 08, 2011 7:07 pm
par Rom1
La couverture est vraiment belle - mais après lecture des romans, j'avoue que j'aurai imaginé autre chose. En tout cas, il est clair qu'elle positionne cet univers un peu comme Orfeo le décrit : assez sombre, désespéré...

En tout cas, une sortie que je suis bien curieux de feuilleter.
Automne 2011 : ça veut dire aux Utopiales ? ;)

MessagePosté: Mer Juin 08, 2011 7:59 pm
par Sombres Sentes
Rom1 a écrit:La couverture est vraiment belle


Merci. Nicolas appréciera. Elle illustre en effet le ton du jeu plus que des éléments des royaumes, et noircit le tableau par rapport au roman (en fait, on se rapproche plus de l'ambiance des dernières scènes du Roi des Cendres, en Charogne, que de la trame de voyage très héroic fantasy qui occupe une grande part des livres).


Pour la date de sortie, c'est évidemment encore secret, mais quelques hypothèses d'ores et déjà formulées, connaissant Sans Détour, sont assez vraisemblables. Il se pourrait... [La voix s'éteint brutalement, seul un bruit sourd vient conclure le propos]

8ooo

MessagePosté: Mer Juin 08, 2011 10:17 pm
par tristophe
Encore un grand bravo.
Je plussoie Rom1, la couverture est terrible.
Elle m'a interloqué au premier abord, car j'avais imaginé un univers coloré après le roman.
Le ton dark de l'image y est pour beaucoup, mais à la lecture du texte d'explication, il semblerait qu'on soit devant un univers sombre aux relents de folie et de destruction...
Ce qui est loin de me déplaire! J'attends de voir le développement, mais je suis déjà conquis!
:;)

MessagePosté: Jeu Juin 09, 2011 7:01 am
par ikaar
intégralement illustrée par Nicolas Fructus


Excellent illustrateur, ses bds sont visuellement terribles.

MessagePosté: Jeu Juin 09, 2011 7:31 am
par Rom1
Ce qui est intéressant ici, c'est que le parti-pris montre que le JdR ne se contente pas d'adapter l'oeuvre de Gaborit : il la complète et la prolonge en réalité.
En présentant notamment l'état du monde après la fin de la trilogie, il permet au fan de continuer à explorer cet univers, d'en connaître la "suite" (et surtout de la faire vivre).

MessagePosté: Jeu Juin 09, 2011 8:45 am
par Akae
Superbe couverture, et de manière générale Nicolas Fructus fait une travail magnifique!
Impatient de l'avoir entre les mains! ::D

MessagePosté: Jeu Juin 09, 2011 9:19 am
par Sens (Romaric Briand)
On l'attend !
:3))

MessagePosté: Dim Juil 24, 2011 1:34 pm
par Sombres Sentes
Bonjour à tous,

Permettez-moi d'attirer votre attention sur la dernière interview publiée par le GROG :

C'est ici même.

Celle-ci est consacrée aux Chroniques des féals, le livre univers et le jeu de rôle.

Bonne journée.

Les Sombres Sentes

MessagePosté: Jeu Sep 22, 2011 3:01 pm
par Sombres Sentes
Bonjour à tous,

Les premières illustrations réalisées par Nicolas Fructus pour les Chroniques des féals ont fait leur apparition sur le site des éditions Sans Détour.

Les féals, premières illustrations

Je laisse les plus hardis émettre leurs hypothèses sur ce qu'elles représentent.

Quelle est cette ville baignée de soleil ?
Dans quel royaume peut-on croiser ces forteresses jumelles ?
Pour quels habitants du M'Onde la mue est-elle un costume traditionnel ?
Quel est ce féal ?
De quel peuple cette dignitaire est-elle la représentante ?

Nous espérons que ces quelques visuels de l'univers des féals sauront attiser votre curiosité et ravir vos yeux.

Les Sombres Sentes.

PS : Mon cher Romaric, une fort belle interview de Mathieu, bravo à la Cellule !

--------------

Les Chroniques des féals, le livre-univers et le jeu de rôle
Sortie Automne 2011

MessagePosté: Jeu Sep 22, 2011 4:11 pm
par Akae
Vraiment superbes! Je suis plus qu'impatient de le voir en vrai! ::D :3))

MessagePosté: Ven Jan 13, 2012 3:02 pm
par Sombres Sentes
Bonjour à tous !

Un long silence ici, désolé, difficile de fréquenter simultanément tous ces lieux si charmants qui font la toile !

Des nouvelles fraiches, et concrètes !

Tout d'abord, un certain nombre d'illustrations pour le jeu, proposées en avant-première par Nicolas Fructus sur son site :

Galerie des Féals

Ensuite, les traditionnels extraits PDF proposés par Sans Détour peu avant la sortie officielle de ses produits :

Extraits du livre-univers (ATTENTION, les deux dernières pages spoilent un peu le chapitre charognard, les joueurs qui aiment porter un regard naïf sur l'univers dans lequel ils évoluent feraient bien d'éviter ces pages 202 et 203)

La page du jeu est désormais ouverte ici sur le réseau chiverne (une Chiverne étant une druidesse à face de b..c).

Et enfin, les précommandes ! Le livre de base et son écran devant être acheminés vers vos dealers habituels début février, on peut, dans l'attente, les précommander sur le site de Sans Détour :
- Précommande livre-univers
- Précommande Ecran

Cordialement,

Les Sombres Sentes

MessagePosté: Ven Jan 13, 2012 3:35 pm
par Rom1
Impressionnant.

J'aime bcp la présence de l'avant-propos de M. Gaborit. Ça légitime bien le projet.

MessagePosté: Ven Jan 13, 2012 11:20 pm
par Sevoth
Je vais me permettre un point de vue.

C'est pas du Trololol pour le plaisir de critiquer et provoquer des réactions épidermiques. C'est mon point de vue à chaud après avoir lu l'avant propos du jeu, intrigué par ce qu'en disait Rom1.

Il m'est arrivé et il m'arrive encore de lire des jeux dans lesquels des gars comme Croc ont participé et donné le ton général niveau écriture.
On écrit comme on parle, on prend les choses moyennement au sérieux, on se fait un peu iconoclaste et "marginal" pour se donner un vernis de libre penseur à tendance gauchiste.
Et ce genre de lecture me pèse parce qu'au final, j'ai l'impression de lire un jdr de comptoir de café, et quand un écrivain manque de sérieux dans ce qu'il écrit, je ne vois pas à quel titre, je devrais le prendre au sérieux moi meme.

Gaborit tombe dans l'écueil inverse avec cet avant propos, je trouve. Il intellectualise tellement son avant propos, il se prend tellement au sérieux dans un style ultra pompeux à vouloir redéfinir voir "déflorer" le concept d'héroic fantasy (bref faire de la dark fantasy en fin de compte) qu'il dessert à mon sens le but qu'il se fixe. A la lecture de ce seul avant propos, c'est tellement prise de tete que ça en confine à de la masturbation intellectuelle (le terme est probablement un peu fort, c'est celui qui me vient là de suite), que je n'ai pas envie d'y jouer, parce que quand lui note que dans jeu de roles, il y a roles, moi je souligne qu'il y a jeu aussi...

Un passage marquant pour moi :
"J’attire votre attention sur la singularité des personnages.
En surface, ils devront nécessairement se définir par rapport aux enjeux propres à notre univers. Ils vont découvrir le trauma, le mimétisme et beaucoup d’autres facteurs déterminants qui vont donner corps à leur substance vitale.
Pour autant, j’ai l’espoir que les Chroniques des féals puissent
susciter un propos, un questionnement qui dépasse le cadre
de cette substance
"

Wow mec...Tu vas où là ? :]

Bref, je verrais à l'épreuve des critiques ce que ça vaudra, mais autant ça me fait vite chier de jouer un démon de la gourmandise qui va faire avaler des dragées fuca à Jean pierre pernaud, autant un jeu qui me propose une "poésie de l'horreur" qui m'invite à "susciter un propos, un questionnement qui dépasse le cadre de "la substance vitale des personnages", ça me fait hausser un sourcil tandis que la migraine s'installe.

Un peu plus de simplicité et d'humilité n'auraient pas été de trop je pense pour marquer le coup.

Sur le plan de la forme ceci dit, c'est très joli, hein...

Je précise, parce que c'est de rigueur, que je n'ai pas lu le jeu, que je n'en connais pas le pitch, que ce point de vue ne se veut pas ni de mauvaise foi, ni mal intentionné (j'ai pas d'actions chez le concurrence et je ne connais pas Gaborit).

MessagePosté: Sam Jan 14, 2012 11:07 am
par Rom1
Wow mec...Tu vas où là ? :]


Je trouve que ça rejoint justement pas mal ce qu'explique un gars comme Brand, par ex, quand il dit que provoquer / susciter des émotions ou questionnements chez le joueur est selon lui l'un des buts du JdR. Ou encore avec les ambitions de Rein*Hagen sur la façon de pratiquer Vampire (et quand on voit que des gens sont prêts à payer 100 € pour racheter ce jeu qu'ils possèdent déjà dans 3 éditions différentes, on peut se dire que ça paie d'avoir un point de vue).

Après, Gaborit enrobe son propos de façon peut-être un peu trop fleurie mais dans le fond, je vois pas trop ce qui choque. Il met en exergue ce qui différencie son univers du tout-venant ; il explique que selon lui, ces particularités et leur influence sur les PJ peuvent amener les joueurs à s'interroger plus avant ou à ressentir des choses ; il montre que l'équipe de développement avait à coeur de poser une intention avant même de décrire l'univers.
Quand il parle de "rôle", ce n'est pas pour l'opposer au "jeu" mais à la composante "univers" qui selon lui peut vite étouffer l'individualité des personnages. Il explique également sa vision d'un groupe de personnages et la façon dont ils peuvent se réunir. Il prévient que le chemin vers l'héroïsme, dans ce jeu, passe par des choix difficiles, des épreuves douloureuses (là encore, je retrouve du Brand). Etc.
Au final, je trouve cette intro très concrète pour ma part. Une fois lue, on sait où on met les pieds et si les présupposés de l'univers nous plairont ou pas. Car les enjeux sont bien explicités, le ton du monde aussi.

J'y vois une démarche comparable à celle de Serge Lehman qd il nous a fait la préface de la Brigade chimérique : présenter sa vision d'auteur et expliquer ce qu'il espère que ça aura comme effet sur les lecteurs (dans notre cas, la redécouverte curieuse d'une SF oubliée).
Créer un sous-genre est souvent un jeu : radiumpunk ici, horror fantasy là...

Alors certes, je le répète, Gaborit a un style assez emphatique - notamment quand il parle de maturité de la fantasy (cela dit, qd on voit les quadra se gaver de retroclones, on se dit que oué quand même...) - et ça peut déplaire.
Mais perso, je trouve qu'un peu d'ambition, ça peut pas faire du mal au milieu de temps en temps - après, on ne pourra savoir si l'essai est transformé qu'à la lecture du jeu. Et quand on se souvient du succès d'Agone, on se dit que le bonhomme a peut-être les moyens de ses ambitions.