Le rôle de l'éditeur

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Le rôle de l'éditeur

Messagepar Rom1 » Jeu Juil 05, 2012 7:50 am

Tout part de là :

Sens (Romaric Briand) a écrit:Bonjour à tous ! Nouveau podcast sur le blog de la Cellule !

Les éditeurs sont ils méchants ?
http://cellulis.blogspot.fr/2012/06/podcast-jdr-les-editeurs-sont-ils.html
(Durée 1 : 01 : 58)

Tout est dans le titre ! Avec Fabien (Footbridge), Ludovic (la Boîte à Heuhh) et Kobal (Radio Rôliste) nous discutons du modèle éditorial francophone. Même s'il peut parfois verser dans l'auto-dérision, ce podcast présente brièvement les premiers enjeux et les premières questions soulevées par le débat entre les éditeurs et les auteurs indépendants. Initialement enregistré pendant la convention Eclipse, à Rennes, ce podcast veut être le premier d'une longue série consacrée aux thématiques de la diffusion et de l'édition dans le milieu du jeu de rôle.

Les éditeurs sont-ils des mécènes ou des censeurs ? L'éditeur n'est-il qu'un investisseur ? Quel est le rôle d'un éditeur ? Son rôle de conseiller et de chef de projet est-il motivé par la nécessité d'obtenir un retour-sur-investissement ? Existe-t-il des démarches éditoriales différentes selon les maisons d'éditions ? Un vaste programme, qui ne sera peut-être que survolé. Mais déjà ce podcast soulève suffisamment de questions pour donner un droit de réponse aux auteurs indépendants. Le débat ne fait que commencer.

To be continued... (dans la saison 4 des podcasts de la Cellule)

____________________

Merci à tous pour cette superbe saison ! Merci aux intervenants. Merci aux auditeurs qui ont été très nombreux cette année à nous suivre. Merci de votre fidélité. A ceux qui ne suivent pas les podcasts sur Sens, nous souhaitons d'ores et déjà de bonnes vacances ! Pour les autres, les sensiens, nous avons préparé une surprise. Le prochain podcast sur Sens sera épique ! Nous ne partirons pas en vacance sans un dernier débat. Un indice : il a été annoncé tout au long de la saison...

A la semaine prochaine pour les sensiens ! Au mois de Septembre ! pour la grande majorité d'entre vous ! A très bientôt, pour de nouveaux podcasts ! Merci à tous !

:3))
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Rom1 » Jeu Juil 05, 2012 7:50 am

A quoi il est répondu :

Le Passeur a écrit:Alors je dois avouer que ce podcast m'a énervé...Si, si...

Je reste persuadé que du peu d'expérience que j'ai eu avec l'édition (Fablyyr pour Achéron, actuellement Laurent pour Wulin et avec les éditions Fei pour la BD), les éditeurs sont les garants de la survie du livre et surtout, son d'un soutien inestimable pour réussir à transmettre un message au plus de personnes possibles, permettre un maximum d'échanges et de retour et aider à mettre en forme la pensée...

Je n'ai jamais autant appris qu'avec leurs remarques, leurs soutiens, les confrontations qu'on peut avoir etc, sans jamais avoir évoqué le volet financier. Pour la BD, mon éditeur m'a carrément tenu par la main tout le long du projet, limite comme si j'étais stagiaire parce que je n'avais pas idée de savoir comment on organisait clairement un récit fini, ne pas alourdir les jonctions ou les rendre peu digestes, revoir les cohérences, ajouter une étincelle de vie à certains personnages en profitant de l'aura des autres etc. Et jamais un instant, je n'ai cru qu'on me piquait mon truc...mais bien qu'on m'aidait à le mettre en valeur aux yeux des autres.


Je reste dans l'idée qu'une œuvre, quelle qu'elle soit, devient la propriété de celui avec qui elle a été mise en contact, car il va lui aussi la réinterpréter, l'utiliser à sa manière etc. L'éditeur permet par son regard extérieur cette chose et non pas ce rendu hermétique qu'est souvent le "Do It Yourself". Si l'on considère l’œuvre produite comme sa propriété sacrée et immuable, quelle envie narcissique a t-on de la publier ? De la faire lire, tout en sachant que des centaines (des milliers ?) d'autres personnes vont se l'approprier et la "désacraliser" à leur tour ?

Bon sang, le monde est fait de circulation d'idée, d'inspiration diverses et non de textes hermétiques gravés dans du marbre par un type du haut de sa tour d'ivoire.
Sans compter cette propension à dire que "l'argent cémal" ou que c'est commercial"...

Le commerce ne mord pas, il fait vivre et transmet des cultures également. Sans la route de la Soie et les caravaniers, nous ne connaîtrions rien de l'Asie, la mythologie grecque se serait appauvrit terriblement sans le contact avec les Perses et les Égyptiens par la suite...Le concept de "commercial" est un mot valise et galvaudé.

C'est l'appât du gain imbécile, le lucre, la paresse intellectuelle et l'absence de valeurs morales qui sont à blâmer et ces choses se soignent par la transmission.
Et cette transmission ce doit d'être claire pour tous, pas réservé à une intelligentsia égotistes.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Rom1 » Jeu Juil 05, 2012 7:59 am

Et je trouve que le moment est pas mal pour discuter de tout ça.
Car le problème est fort complexe.

Personnellement, je suis pas loin de penser comme le Passeur : le mythe de l'auteur surdoué capable de mener à terme son projet tout seul, en se passant de la confrontation avec l'éditeur (qui est par définition l'interface nécessaire avec le public), je n'y crois pas trop. A quelques exceptions près (je pense fort à Tiamat là, une totale réussite), la plupart des jeux auto-produits souffrent de tares assez rédhibitoires. C'est entouré d'une équipe qu'on parvient à donner le meilleur de soi-même, en général.

MAIS d'un autre côté... J'avoue avoir eu quelques mauvaises expériences avec des éditeurs - qui n'apportaient aucune valeur ajoutée au produit final (voire en retiraient pour l'un d'entre eux). En gros avec quelques-uns : c'est un peu comme si tu t'auto-produisais tant il n'y a aucun travail d'editor (au sens anglosaxon du terme).
Pire même, le succès fulgurant des souscriptions par Ulélé me fait m'interroger sur le rôle de l'éditeur de nos jours - puisqu'il n'est même plus là pour assumer le risque financier. Ce qui peut se comprendre pour de très petites structures démarrant leur activité (Lapin Marteau ou Di6dent ; Pulp Fever sur Cobra car le produit est très ambitieux) devient la norme même pour des éditeurs qui auparavant n'avaient pourtant aucun mal à financer leurs produits.
Perso, je ne vois pas l'intérêt de proposer son jeu à un éditeur, qui le fera financer à des pré-commandeurs. Autant s'éditer soi-même ou passer par Lulu.com !

Du coup, je pense qu'actuellement, avec le boom des souscriptions en ligne ou de sites d'impression à la demande, il est légitime de se demander si le JdR - petit milieu par excellence - n'est pas en train de connaître une mutation un peu semblable au milieu musical (ou l'auto-production est très répandue), dans laquelle l'éditeur gagnerait à tenter de redéfinir sa place.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar StephLong » Jeu Juil 05, 2012 8:07 am

Un éditeur quand il aide à avancer dans l'écriture, cadre le projet, voilà qui est indispensable. Ce qui m'inquiète un peu, c'est qu'actuellement, on a parfois l'impression que certains auteurs se prennent pour des éditeurs via ulule par exemple (sauf dans les cas que tu cites Rom1), et que certains éditeurs fraîchement nés et inconnus de tous ont un peu oublié ce que c'était que monter une vraie structure éditoriale avec les impératifs qui vont avec.

j'avoue être assez inquiet pour la suite et voir naître tout plein de projets, c'est cool, sauf si à l'arrivée c'est du jdra du cousin Gaston qui a tout fait tout seul dans son coin encouragé par sa vieille mère et son chat, qui trouvent tout son boulot formidable.

L'éditeur est un conseiller en écriture, et ça n'a pas de prix. Pour avoir bosser avec quelques uns comme auteur ou relecteur, ils ont un rôle prépondérant dans l'aboutissement d'un jdr, dans sa qualité. Et sans les conseils des uns et des autres, il est plus que probable que je n'aurai pas affiné autant mon clavier et mes idées. Bon ok les copains auteurs ont beaucoup contribué mais ce n'est pas le sujet.

Donc pour répondre à la question, les éditeurs sont essentiels AMHA
Avatar de l’utilisateur
StephLong
Magnifico Pepeto
 
Messages: 4920
Enregistré le: Jeu Mar 01, 2007 4:12 pm
Localisation: Dunwich isarien

Messagepar Bob Darko » Jeu Juil 05, 2012 8:08 am

Très bien, ce sujet.
A mon avis, le rôle de l'éditeur consiste à :
- prendre en charge les aspects financiers du projet (y compris le risque financier), l'impression, la distribution mais aussi parfois les illustrations. En gros, tout ce qui n'est pas du ressort de l'auteur, que ce soit parce qu'il n'en est pas capable ou parce qu'il ne veut pas s'en occuper.
- l'éditeur apporte aussi sa réputation. L'éditeur jouit généralement d'une certaine réputation et d'un réseau dont va bénéficier l'auteur. En contrepartie, l'éditeur fait du tri dans les projets qui lui sont proposés et s'assure que ceux qu'il retient correspondent à ses propres standards de qualité, à sa ligne éditoriale.
- l'éditeur assure aussi la promotion de l'ouvrage (en s'appuyant pour cela sur son propre réseau). Pas seulement dans le sens de le faire connaître mais aussi de gérer le timing de cette promotion. Ça inclut bien sûr d'avoir un éditeur qui sait se mettre en valeur (être présent en conv, dans les mags, ce genre de choses).
- l'éditeur a un regard critique sur les textes et les illustrations. Il n'a pas forcément le même regard que les auteurs et illustrateurs et apporte donc son expérience et son savoir-faire pour faire correspondre le produit à sa ligne éditoriale et plus généralement pour l'améliorer autant que possible.
- il gère aussi les côtés administratifs : ISBN, gestion des droits, contrats, etc.
- il suit le projet et son avancement.


Présenté comme ça, on peut avoir l'impression que c'est l'éditeur qui gère essentiellement les trucs chiants mais pas que. Il peut aussi être moteur en effectuant des commandes (de jeux), prendre part directement à la création et autres.

Bref, c'est ma vision personnelle du truc.
L'arme la plus mortelle de l'homme est son cerveau. C'est pourquoi je ne l'utilise que si j'y suis vraiment obligé. ~Rat-man
La gamme complète Imputrescibles en téléchargement gratuit!
Avatar de l’utilisateur
Bob Darko
Pulmono Massacro
 
Messages: 3374
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 9:35 am

Messagepar Lunereth » Jeu Juil 05, 2012 11:12 am

Si vous le permettez, je vais prendre part au débat. En premier lieu, je n’ai jamais écrit de jeux de rôles de façon professionnels, au mieux, ce sont des produits amateurs avec tous les défauts qu’ils ont. Parmi mes projets actuels, un seul serait éditable d’un point de vue légal, les autres sont des modifications de règles et des réutilisations de règles existantes modifiées pour répondre au contexte. Bref, pour ce jeu potentiellement et légalement éditable, je me suis posé la question de l’édition auprès d’une société –ma femme aussi d’ailleurs – et la conclusion est sans appel : je ne le ferais jamais. Au mieux, les PDF pourront être édités sur lulu.com mais ce sera tout.

Bien entendu, en faisant ce choix, je me prive de beaucoup de choses et, surtout, d’aides précieuses : pas d’illustrateurs, pas de maquettistes, pas de relecteurs professionnels, pas d’avis éclairé, pas de structure pour faire vivre le jeu, qu’il n’aura jamais la reconnaissance du publique… sauf que je me rends de plus en plus compte que certains de ces points ne sont plus forcément vrais.

Faire vivre le jeu ? Si on observe les JDR et, par exemple, les BD, ce sont souvent les auteurs qui font une grande partie du vécu et de la présence sur Internet et non les maisons d’éditions. Les illustrateurs freelances existent et nous pouvons facilement les contacter… il faut certes les payer mais si le principe est de réunir des fonds, il y a ULELE surtout si tu contactes un éditeur qui fera la même chose plus tard. L’édition et l’impression peuvent se faire sur lulu.com

Par contre, hors de ces points, une structure professionnelle peut être d’une aide précieuse, par ses conseils ou ses idées… encore faut-il que ces derniers soient pertinents. Mais point de mauvais esprit : si l’auteur veut que son jeu apparaisse en boutique, que le livre en lui-même soit de qualité, si il veut une présence certaine sur les salons, bref, s’il veut que son jeu ne soit plus amateur mais professionnel, il faut qu’il y ait une structure derrière lui.

Les différentes mésaventures vécues par certains auteurs que je connais et un éditeur me refroidisse énormément pour faire une quelconque démarche pour passer Pro alors que des éditeurs comme Pulp’s Fever tendent à me rassurer.

Quoi qu’il en soit, je ne pense pas qu’on peut faire, même de nos jours, un jeu professionnel sans éditeur derrière soi. Internet peut aider mais il faut un chef de projet, un coordinateur qui a le temps de s’occuper du jeu. Maintenant, pour les mêmes raisons, il faut certainement envisager un changement dans son rôle et ses fonctions.
Lunereth
 
Messages: 71
Enregistré le: Lun Mai 28, 2012 10:07 am
Localisation: Aulnay-sous-Bois

Messagepar Brain.Salad » Jeu Juil 05, 2012 2:48 pm

J'aime bien jouer les pisse-froid. Je peux jouer le sale pisse-froid ?

Bien.

Le débat en lui-même est intéressant et oui, clairement, certains éditeurs se questionnent également sur la dénaturation de leur fonction avec l'arrivée d'Ulule et consorts. A mon sens, il n'y a aucune dénaturation, et le questionnement devrait plutôt venir dans le camp de certains nouveaux arrivants. Parce qu'à la vue de certaines souscriptions Ulule, oui, définitivement oui, un peu de réflexion avant de se lancer pour savoir de quoi on parle ne ferait pas de mal. En tout cas, sur le fond, j'ai eu cette même discussion avec deux éditeurs en début de semaine. Donc, c'est assez d'actualité mais n'étant pas éditeur moi-même, ma vision est un peu trop auteur-centered. Ce qui est forcément tronqué. Dès que je suis éditeur (fin 2012/début 2013)**, promis, je vous dis tout. Avec tout le dédain qui va avec pour plaire à Sevoth.

Non, le machin qui me dérange un peu c'est le podcast. Je sais pas, ça vient peut-être de moi et de ma vieillerie assumée mais depuis un an, je vois une démultiplication de ce genre de choses (podcats, vidéos ou articles de blogs). Ils sont réalisés au cours de conventions où on chope qui veut bien être là, ensuite on fait le montage, on les poste avec un smiley sur les forums de la place, et on se contrefout des réactions que cela engendre. Là, ce podcast, il a généré d'autres débats ailleurs... Sans réponses.

Ca me gave. Je connais un peu les intervenants de ce dernier et je n'ai rien contre eux du tout. Mais purée, le marché de jdr est un peu plus large que ce qu'on essaye de me faire croire avec toutes ces analyses. "Indépendants", "indies", mais vous êtiez où y'a encore 5 ans ?
Ce serait vachement intéressant d'élargir le spectre des intervenants, non ? Ca me gonfle autant que de voir des mags remplis uniquement de mainstream.
C'est sympa de se regarder nombril, je sais, mais c'est aussi la grosse lose quand même.



P.S : les méchants, ce sont les auteurs, la preuve. Et les vieux, ce sont les pires, ils savent tout mieux que vous.

** à un poil de derche près, hein, ça dépend de l'apocalypse ou pas.
Avatar de l’utilisateur
Brain.Salad
Travelo Mysterio
 
Messages: 6339
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 1:43 pm
Localisation: Locaux d'Isis Inc.

Messagepar Nhaïgraoo » Jeu Juil 05, 2012 3:48 pm

Je pense qu'un éditeur a trois fonctions primordiales :

- Être un vrai partenaire artistique, qui associe les talents, les magnifie, les aide à s'épanouir, trouve les bonnes complémentarités, aident les jeux à mûrir pour devenir, tout simplement, meilleurs. Que le projet soit initié par l'éditeur, ou qu'il soit apporté par un auteur n'y change rien.

- Aide le jeu à vivre en lui donnant de la visibilité, du suivi, de la présence. Il s'appuie bien sur sur les auteurs pour ce faire, mais il leur permet d'aller au-delà de ce qu'ils peuvent faire par eux-même.

- Prend le risque financier. C'est son rôle : il engage de l'argent, mise sur ce qui lui parait bon, et assume en cas d'échec (mais aussi de succès). Il mutualise aussi : un plantage sur un produit est compensé par un autre, ce qu'un mec tout seul ne peut pas faire.

Pour parler très personnellement, je pense que chez John Doe, on est pas mauvais sur le point 1 (on n'est pas en mode mercenariat et nos projets ont toujours été collectifs) et sur le point 3 (on a jamais eu recours à un financement extérieur et il n'est pas prévu de le faire). Et on est nuls sur le point 2. Clairement.

Il est évident qu'en se mettant à plusieurs, on peut se passer d'éditeur sur les points 1 et 2. Les souscriptions permettent aussi de se passer du 3. Pourquoi pas ? Maintenant, avec quelle viabilité, à chacun de répondre...
"Ca sonne bien... C'est du Lavilliers ?" François 6PO
Whispers : découvrez la face cachée d'Hellywood.
Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Nhaïgraoo
Tough-guy en pyjama
 
Messages: 343
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 11:02 pm
Localisation: Hellywood

Messagepar Nhaïgraoo » Jeu Juil 05, 2012 4:07 pm

Je voulais juste rajouter : après, la sélection naturelle fera son œuvre. Si demain, tout passe par des souscriptions et que tout va bien comme ça et que personne ne souhaite plus acheter autrement, les éditeurs classiques s'adapteront ou mourront, et les boutiques feront un autre métier. Ça ne me gène pas.

Ce n'est pas le jdr auquel j'ai envie de participer, mais bon, j'imagine que les maréchauds-ferrands n'ont pas aimé l'arrivée de l'automobile non plus.
"Ca sonne bien... C'est du Lavilliers ?" François 6PO
Whispers : découvrez la face cachée d'Hellywood.
Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Nhaïgraoo
Tough-guy en pyjama
 
Messages: 343
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 11:02 pm
Localisation: Hellywood

Messagepar Le Passeur » Jeu Juil 05, 2012 4:23 pm

Dis donc, vous...
La fonction "Edit"...Buhahaha :;)
Avatar de l’utilisateur
Le Passeur
 
Messages: 650
Enregistré le: Dim Fév 07, 2010 6:15 pm

Messagepar StephLong » Jeu Juil 05, 2012 4:25 pm

Pour revenir sur les souscriptions et sans vouloir mettre le bazar voire pire jouer les trolls.

Sauf cas particulier : grosse licence à négocier, projet très casse gueule. A quoi sert une souscription lancée par un éditeur comme on en voit fleurir de plus en plus ?
Quelle est la viabilité de projets lancés à la va que je te pousse dans les escaliers mets de la mousse pour pas avoir mal au cul ? Parce que bon à force de voir tout et parfois n'importe quoi sur ulule par exemple, je garde mes sous pour acheter des jeux édités.
Avatar de l’utilisateur
StephLong
Magnifico Pepeto
 
Messages: 4920
Enregistré le: Jeu Mar 01, 2007 4:12 pm
Localisation: Dunwich isarien

Messagepar Brain.Salad » Jeu Juil 05, 2012 4:26 pm

Quelle est la viabilité de projets lancés à la va que je te pousse dans les escaliers mets de la mousse pour pas avoir mal au cul ?


On t'avait dit d'arrêter Franky Vincent !
Avatar de l’utilisateur
Brain.Salad
Travelo Mysterio
 
Messages: 6339
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 1:43 pm
Localisation: Locaux d'Isis Inc.

Messagepar Lo-Pan » Ven Juil 06, 2012 12:47 pm

Essayons de rester dans le sujet, honorables forumistes.
Avatar de l’utilisateur
Lo-Pan
Modérateur de Série B
 
Messages: 171
Enregistré le: Ven Fév 23, 2007 7:46 pm

Messagepar Julien H » Ven Juil 06, 2012 5:31 pm

J'aurais tendance à avoir envie de rentrer dans le tas, avec ce que je viens d'apprendre par des voies détournées, dans ce qui peut se qualifier d'éditeur dans notre microcosme.

Ce serait négliger mes excellents rapports avec tous les autres et se focaliser sur le mouton noir en occultant les relations productives que j'ai pu avoir.

De mon point de vue d'auteur, ayant travaillé avec plusieurs éditeurs différents (4 en tout), je pense que chacun a ses points forts, sa rigueur mais également, comme pour tout travailleur, ses faiblesses. De là à généraliser et à les qualifier de "méchants", de relativiser leur engagement passionnel, c'est un pas qui catégorise l'ensemble d'une profession que je me garde bien de franchir.

J'ai envisagé un temps l'auto-édition pour Luchadores, par le biais de Lulu.com mais c'est uniquement en raison des refus des éditeurs pour ce projet en lequel je croyais et qui comptait beaucoup pour moi. Et entretemps, un éditeur s'est présenté et cela s'est concrétisé par un superbe jeu, à mille lieux de ce que j'aurais été capable de proposer pour ce projet (j'évoque là mes propres compétences, pas celles de mes collègues sur ce travail).

Bref, même quand il vous fait iéch, l'éditeur apporte souvent une plus-value à votre travail. Un regard extérieur, des critiques et suggestions, la mise en relation de talents, les démarches administratives...

Et que ce soit clair, jamais (ou presque mais bon, je vais revenir là dessus), un éditeur m'a empêché d'écrire quoi que ce soit. Jamais je ne me suis senti bridé, censuré dans mes projets. Et pourtant, j'ai quand même écrit WarsaW, pas forcément polémique mais un jeu au positionnement parfois difficile. Pour autant, jamais John Doe n'a douté de mes capacités à me positionner de manière adaptée. Et c'est pareil pour les autres. Pour Luchadores, je n'ai jamais senti une quelconque volonté de Pulp Fever afin de formater le jeu pour en vendre plus, ou toute autre pression évoquée dans ce podcast. Et on parle pourtant de PJ en slip qui font des prises de catch en hommage à un courant cinématographique des plus mal considérés du monde et à un divertissement sportif dédaigné par beaucoup en France ! Idem pour la Brigade Chimérique, une oeuvre pourtant bien délimitée par le travail déjà effectué par les auteurs de la BD. Sans Détour nous a accordé sa confiance. Point. Pas de formatage, aucun.

Oh, sans nul doute, ça ne se serait pas bien passé si on avait voulu parler à longueurs de pages de pédophilie ou de torture sur l'un de ces jeux (je reprends là encore un thème abordé dans ce podcast), mais bon, dieu, quel intérêt ? Juste pour se dire qu'on a liberté de pouvoir le faire, on brocarde un éditeur par avance car il va (et c'est plutôt sain) refuser ce genre de projet qui verse juste dans la provocation stérile ?

Bref, ce qui serait bien, avant de dire du mal des éditeurs et de ce qu'ils imposent, soit disant, ce serait de travailler avec l'un d'eux au moins une fois, afin de parler en connaissance de cause, en fait. Mais je n'ai aucun doute sur le fait qu'évoquer ce podcast soit un peu inutile. Cela fait deux fois que j'en écoute et réagis et il ne s'est jamais rien passé. A croire que ce forum est juste un espace publicitaire de plus. Dommage. Perso, c'était le dernier auquel j'accordais mon temps pour l'écouter.

Pour conclure, l'éditeur n'est plus méchant que le reste des acteurs de ce microcosme, pas plus pas moins qu'un auteur mégalo persuadé qu'il peut tout faire dans sa tour d'ivoire ou qu'un illustrateur hautain. Chaque professionnel (et amateur) dans ce secteur a devant lui des dérives potentielles. Certains se font avoir, d'autres veillent à rester en dehors de ces écueils.

Je ne vois pas forcément d'un bon oeil que l'éditeur lâche une partie de son job qui est de prendre le risque financier pour s'appuyer sur la communauté. Cette dernière n'est pas illimitée et je pense que son enthousiasme et son investissement vont se lasser d'être sans cesse sollicités ainsi. Je préfère encore le système de lulu que les rançons ou les trucs à la ulule, perso.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Ultimo Pepito
 
Messages: 6935
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 12:25 pm

Messagepar Jorune » Ven Juil 06, 2012 7:19 pm

Les commentaires à la suite du-dit podcast sont aussi assez tranchés.
Avatar de l’utilisateur
Jorune
 
Messages: 369
Enregistré le: Lun Nov 15, 2010 11:18 pm
Localisation: Marseille

Suivante

Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron