Ma première partie de BIMBO en tant que MJ

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Ma première partie de BIMBO en tant que MJ

Messagepar Raph » Ven Mai 30, 2014 5:22 pm

Dans la peau d’un metteur en scène.
Mi avril, j’ai eu l’honneur d’avoir en avant première de BIMBO, la dernière production de Sans Detour, réalisée par le Maestro Grégory Privat et je n’ai pas été déçu.
En parcourant les PDF de Bimbo, je me suis surpris à rire tout seul : les making of (anecdotes de la genèse du jeu), les options et le corps du texte en lui même sont une vrai bouffée d’oxygène. Le « Maestro » désacralise intelligemment et en finesse le jeu de rôle en général, en étant sans langue de bois et sans concession et … ça fait du bien
Le Jeu sera apparemment dans une boite comme pour les lames du Cardinal, avec 3 livrets : un pour les vedettes, un pour la mise en scène (avec un glossaire très pertinent) et le dernier compilant plusieurs scripts (une bonne dizaine).
Le style est fluide et plaisant. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Le découpage est pertinent et chaque chapitre a un résumé des points de règle.
Visuellement, Bimbo est « belle » : la mise en page est claire, et les illustrations de Loic Muzy collent parfaitement à l’univers de ce jeu si particulier. On retrouve le principe de carte (plan et cliché) et jetons pour le dynamisme. L’écran du maitre de jeu est magnifique et digne des affiches des dernières productions de Troublemaker Studios (société de production de Robert Rodriguez) comme boulevard de la mort, Machete ou planète terreur.

Mais la vraie question est : Qu’est ce que Bimbo ?
Encore un jeu sur les navets au cinéma, nanar et les Daubes comme « Brain Soda » qui traitait déjà des séries Z ?
Détrompez vous !! BIMBO est un jeu de rôle ou les joueurs prennent les traits d’actrices qui jouent dans un film de genre Grindhouse (film d’action à petit budget à la limite du nanar et souvent devenus cultes par la suite. Ils ont été immortalisés dans les derniers films de Robert Rodriguez et Tarantino). Leurs personnages vivent des histoires extraordinaires et souvent surréalistes pendant que les actrices essayent de tirer leur épingle du jeu au dépend des autres pour devenir « La » vedette du film. Mais attention !!! A trop utiliser les outils (plans, « coupez ! on la refait », etc.) pour arriver à leurs fins, elles pourraient perdre l’objectif de finir le film et donc de se trouver dans une longue traversée du désert en cas d’échec.
Le maitre du jeu lui se substitue au rôle de réalisateur et maitre de cérémonie.
Le travail de MJ est particulier car il ne devra pas hésiter à naviguer entre la fiction et la réalité du tournage pour satisfaire les actrices.

Vendredi 11 Avril, je sors le tapis rouge : playlist faite (BO des films de Tarantino et Rodriguez, Scénarios en poche). Je reçois Mes 6 actrices à ma tables toutes aussi belles les unes que les autres.
Je commence par un debriefing pour leur présenter BIMBO, puis je leur présente les 2 teasers des films qui peuvent être projeté et tourné ce soir : « L’Enlèvement » et « Exorsisters » qui sera choisi par les actrices.
Nous commençons donc par une rapide (une demi heure) création des personnages (répertoires, clichés, sponsors, phrases cultes, etc.). Le tout se fait dans une bonne humeur générale et le rire.
Puis le tournage commence. L’introduction du film est explosive avec l’entrée fracassante des exorsisters : ça y est ! Nous y sommes ! La bataille commence ! Les joueuses sont dans leurs personnages et vivent l’action et l’histoire, n’hésitant pas à se lever et mimer leur scène d’action. Les actrices n’hésitent pas à placer leur sponsor au moment intéressant de l’histoire. Elles font preuves d’audace avec le metteur en scène et la production, n’hésitant pas à utiliser leurs deniers personnels pour agrémenter le film avec des cascades, et intermittents du spectacle (une d’elle à utiliser presque tout son argent pour engager Dany Trejo pour quelques scènes). Les actrices ont une grande liberté. Elles peuvent utiliser des plans pour se mettre en avant et à couper des scènes pour les retourner (elles deviennent maitre du jeu pendant ces instants) pour augmenter leur score de star système (qui révèlera le nom de ou des vedettes à la fin de la séance). La mécanique de Bimbo est simple et intuitive et immersive : on se croirait sur le plateau dans un studio de cinéma.
Le matériel fourni est très ludique et donne du mouvement : les cartes plans et clichés sont jetées sur la table, donnant ainsi du dynamisme et un aspect visuel plus qu’agréable et les jetons plans/bouses (donnés en fonction des réussites, retard de tournages, etc.) permettent de voir si le film sortira ou pas dans toutes les bonnes salles
A la fin de notre tournage, on a pu faire le point sur le bouclage du film, les recettes, le compte des points de star système nommant les vedettes, et la remise de la statuette d’or de la meilleure actrice.

Pour résumé, Bimbo a contenté toutes mes attentes. C’est un savant cocktail d’humour, action et de charme. Il permet de vivre l’expérience du cinéma sur table et peut être joué sur plusieurs registres en fonction des joueurs (sérieux, décalé voire comique).
Ce fut un véritable plaisir de voir ses joueurs se lâcher totalement en se levant pour vivre les scènes au rythme des clapés du metteur en scène ou mettre ses lunettes 3D pour les scènes en relief (pas tout le film était en numérique faute de budget). Les plans s’enchainent à un rythme endiablé et les actrices peuvent prendre control de la narration qui est « disputée » par les différente vedette.
Un grand Merci au Maestro Gregory Privat pour cette bouffée d’oxygène rolistique, et aux éditions Sans Détour (Samuel, Christian, Piotr, Lisette) qui m’ont permis de faire ma première et non ma dernière partie de BIMBO.
Raph
 
Messages: 14
Enregistré le: Sam Fév 25, 2012 2:47 am
Localisation: vitrolles

Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 1 invité