Jouer avec les stéréotypes musicaux

Il y a des gens en ville qui aiment les jeux de rôles. Venez les retrouver pour en discuter.

Modérateur: Modérateurs

Jouer avec les stéréotypes musicaux

Messagepar Odillon » Lun Mar 21, 2016 11:30 am

J’ai hésité à mettre ce message dans le thread SOS sonorisation de partie mais je ne l’ai pas fait car finalement, il s’agit de sujets différents.

Il y a des morceaux de musique dont les utilisations sont devenues des clichés et qui ont été sur-employés dans les fictions audiovisuelles ou les pubs. A tel point que, parfois, le simple fait d’en entendre quelques notes suffit à me faire soupirer car elle démontre une réalisation sans imagination. Le fait est que, comme tout cliché, il peut être détourné intelligemment voir tué par un détournement habile.
Pour ce point, je pense à l’Ouverture de Guillaume Tell de Rossini qui était virtuellement la musique officielle des poursuites ou actions rapides dans beaucoup de fiction des années 30 à 70, qui a été déjà beaucoup détourné par Tex Avery (les fuites du loup poursuivi par Droopy) mai qui a quasiment été rendu inutilisable quand Kubrick a réalisé sa fameuse scène de plan cul à trois en accéléré et au synthé dans Orange mécanique (c’est la fameuse scène –public averti, machin toussa tousa - http://www.liveleak.com/view?i=5d5_1332 ... comments=1 ) et qu’on ne croise quasiment plus nulle part désormais.

On a aussi les cas où une musique est utilisée initialement au premier degré, puis utilisé parodiquement et dont l’utilisation parodique devient à son tour un cliché éculé. Là, je pense à la musique des Chariots de feu de Vangelis qui a entraîné une myriade de scènes « comiques » avec des gens qui courent au ralenti : http://www.dailymotion.com/video/xo51ui ... shortfilms

Mais ce qui peut être la marque d’une réalisation peu inspirée dans une fiction audiovisuelle peut parfois passer beaucoup mieux en illustration sonore d’un JdR où le MJ peut utiliser une musique utilisée un million de fois pour plonger immédiatement ses joueurs dans une ambiance ou comme un marqueur du type de scène qu’il veut faire jouer. Ca peut toutefois être à double tranchant et provoquer des ricanements chez les joueurs ou des commentaires hors jeu alors que l’objectif était de les plonger dans une ambiance en jeu.

Voici quelques références de musiques très (trop ?) souvent utilisées :
- Staying Alive pour illustrer les années 70 ou un type marchant de façon « cool » et sûr de lui dans la rue en référence à Travolta dans la Fièvre du samedi soir https://www.youtube.com/watch?v=7cov0bmfO_w ou qui se croit cool comme le cyborg tueur incarné par Russell Crowe dans Programmé pour tuer https://www.youtube.com/watch?v=INL5ouA4cjE

- All Along the Watchtower de Jimmy Hendrix qui a illustré beaucoup de scènes sur la fin des années 60 et notamment au Vietnam côté GI’S https://www.youtube.com/watch?v=TLV4_xaYynY et (par association d’idée) de scènes de prises de drogue avec trip psychédéliques.

- Dans le même genre, on a For What it’s worth de Buffalo Springfield qui illustrera également très souvent des hippies https://www.youtube.com/watch?v=f5M_Ttstbgs ou de manière plus sarcastique des répressions policières contre des mouvements pacifiques.

- Je pense que si on ajoute aux deux précédents Gimme Shelter https://www.youtube.com/watch?v=WJDnJ0vXUgw des Stones, on couvre une grande majorité des musiques utilisés sur des images introduisant une scène durant la guerre du Vietnam.

- Dans le côté nostalgie années 60 mais orienté retour aux racines ou départ vers le Sud des États-Unis, on a évidemment Sweet Home Alabama https://www.youtube.com/watch?v=ye5BuYf8q4o

- Walking on Sunshine qui est la musique type des « feel good moments » https://www.youtube.com/watch?v=iPUmE-tne5U dont l’usage a été détourné dans American Psycho puisque Patrick Bateman l’écoute en allant bosser après avoir commis un massacre durant la nuit https://www.youtube.com/watch?v=knpOqVWeSP8 mais dont l’utilisation est en train d’être tuée par une pub pour des supermarchés en France.

- Pour les moments émouvants ou les happy ends, on a évidemment What a Wonderful World de Louis Armstrong qui a également été utilisé ironiquement sur des scènes d’attentats et de répression au Vietnam dans Good Morning Vietnam https://www.youtube.com/watch?v=FzFIDTs3WtI ou dont la version des Ramones est utilisée comme générique de fin sarcastique par Michael Moore dans Bowling for Columbine https://www.youtube.com/watch?v=F-3ox-6WhBA

- Dans les moments émouvants ou liés à l’enfance on a Somewhere over the Rainbow utilisé à rebours dans un gunfight de Volte/Face par John Woo https://www.youtube.com/watch?v=3WrDk9Og17E

- Difficile de partir pour Londres sans London Calling (c’est utilisé dans Trainspotting ou – plusieurs fois - dans Ma Femme est une actrice) mais ça marche aussi pour illustrer le Royaume-Uni des années 80 avec les luttes sociales et la répression policière comme dans cette scène de Billy Eliott https://www.youtube.com/watch?v=WfXnlATYccY

- Un personnage qui se rebelle soudainement, décide de prendre sa revanche ou fait une entrée badass est souvent accompagné de Bad to the Bones https://www.youtube.com/watch?v=8i6anTAQqnw et comme son utilisation dans Terminator 2 est marquante, https://www.youtube.com/watch?v=bzdWRZEu3hk elle accompagne souvent l’utilisation d’une moto.

- Qui dit utilisation de moto dit Born to be wild https://www.youtube.com/watch?v=rMbATaj7Il8

- Une scène de séduction/érotique (souvent comique tellement la musique est too much), on a Barry White – Never Gonna Give You Up https://www.youtube.com/watch?v=v4_M5PcJQmU

- Ou dans le même genre Sexual Healing de Marvin Gaye https://www.youtube.com/watch?v=rjlSiASsUIs

- On a également Slave to Love de Bryan Ferry https://www.youtube.com/watch?v=9kp3N3wQPO0 qui n’est peut-être pas utilisée si fréquemment que ça mais qu’on retrouve ans 9 semaines et demi et qui reste pour moi désormais attachée à une scène de sodomie de princesse dans Kingsman : Agents secrets.

Il y en a plein d’autres.

Personnellement, j’ai utilisé le London calling pour arriver à Londres plus d’une fois, le trio, All Along The Watchtower, For What it’s worth, Gimme Shelter m’a servi sur des flashbacks années 60/Vietnam et j’ai très envie de placer Bad to the Bones sur une entrée badass.

Est-ce que l’utilisation de musiques clichées fait partie de vos habitudes (dans le sens classique ou bien à rebours de ce que la musique est censée représenter) ? Si oui, lesquelles ?
Et en plus, je n'ai strictement rien à vous vendre.
Odillon
 
Messages: 636
Enregistré le: Lun Mai 25, 2009 12:36 pm
Localisation: Lille

Re: Jouer avec les stéréotypes musicaux

Messagepar Fabien Lyraud » Lun Mar 21, 2016 12:13 pm

- All Along the Watchtower de Jimmy Hendrix qui a illustré beaucoup de scènes sur la fin des années 60 et notamment au Vietnam côté GI’S https://www.youtube.com/watch?v=TLV4_xaYynY et (par association d’idée) de scènes de prises de drogue avec trip psychédéliques.

- Dans le même genre, on a For What it’s worth de Buffalo Springfield qui illustrera également très souvent des hippies https://www.youtube.com/watch?v=f5M_Ttstbgs ou de manière plus sarcastique des répressions policières contre des mouvements pacifiques.

- Je pense que si on ajoute aux deux précédents Gimme Shelter https://www.youtube.com/watch?v=WJDnJ0vXUgw des Stones, on couvre une grande majorité des musiques utilisés sur des images introduisant une scène durant la guerre du Vietnam.


Pour le Vietnam, tu as aussi The End des Doors. On imagine les hélicoptères au dessus de la jungle et les GI's qui crapahutent juste en dessous.
Fabien Lyraud
Michel Field
 
Messages: 529
Enregistré le: Lun Juil 16, 2007 3:28 pm


Retourner vers Parlons JDR

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron