Comment on écrit un scénario ???

Vous créez un jdr ? Un scénario ? Une aide de jeu ? Vous souhaitez avoir de l'aide ou un avis de la part de la communauté d'Antonio Bay ? C'est ici.

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Julien H » Jeu Fév 26, 2009 12:03 pm

Démiurge a écrit:
Wyatt Scurlock a écrit:Tout à fait, comment voulez vous présenter une campagne sans un minimum de linéarité ?


Par un enchainement de canevas, ou par une canevas plus grand. ::]

Si on écrit une campagne pour soi, on n'est pas obligé de prévoir à l'avance toutes les possibilités : j'écris un bout avec une idée de la finalité de tout ça, puis je regarde où vont mes PJ. Ils sont arrivés là, ben je poursuis l'écriture à partir de ce point.

Déjà, tu as raison de souligner "quand on écrit pour soi", car cela implique effectivement une manière différente d'aborder la rédaction...

Sinon, à titre personnel, je ne suis définitivement pas fan des canevas. De plus, plus ils sont volumineux plus cela me rebute. Cela ne veut pas dire que je suis fermé à la non-linéarité et aux alternatives qui peuvent se poser aux personnages. Juste que les listes de lieux, de personnages et les chronologies autour de tout ça avec un monde qui évolue sans forcément placer les personnages au centre, cela ne me parle que peu. Aussi bien dans ma manière d'écrire pour moi et dans d'autres travaux que dans ma manière d'aborder un scénari écrit par quelqu'un d'autre.
Je sais pas, il y a quelque chose qui ne me séduit pas dans cette manière de concevoir la séance de jeu.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Ultimo Pepito
 
Messages: 6935
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 12:25 pm

Messagepar Démiurge » Jeu Fév 26, 2009 12:20 pm

Je vous donne un mini exemple dans lequel le contenu n'est pas vraiment développé, mais j'espère que ça donnera une base plus solide pour la compréhension (il s'agit du chapitre consacré aux canevas dans mon JDR Démiurges en cours d'écriture) :

Démiurge a écrit:Le Canevas
Une histoire est composée de liens et de tensions. Je vous propose une méthode de préparation de vos parties de Démiurges conçue spécialement pour aider Prométhée (le MJ) et les joueurs à éprouver leur liberté d'action.

Commencez par imaginer un PNJ ayant un objectif, par exemple : Démétrius désire trouver le remède à une étrange maladie qui sévit dans un village.
Maintenant imaginez une adversité : un autre PNJ, Agamemnon ne veut pas que le précédent y parvienne.
Vous avez une tension, autrement dit, une adversité potentielle.
Maintenant, imaginez que Démétrius soit le frère de Tantale, l'un des PJ, vous avez créé un lien. Cela suffit à déclencher des situations problématiques.

Vous pouvez maintenant trouver des raisons derrières les objectifs : dans le village que Démétrius veut sauver habite sa bien aimée Ekklésia, atteinte de la maladie. Mais Agamemnon est également amoureux d'Ekklésia et face à ses refus, il a décidé qu'elle ne serait à personne, c'est pourquoi il a envoyé Phydia, sa fille empoisonner la source qui alimente le village.

Nous avons ainsi ajouté de la profondeur, des liens et des objectifs.
Vous pouvez continuer à détailler ceci aussi profondément que vous le désirez, mais nous avons déjà suffisamment d'éléments pour jouer 2 à 3 heures.
Inscrivez donc chacun de ces éléments sur une feuille et tracez des lignes entre chaque élément pour symboliser un lien. Démétrius est lié à Tantale et à Ekklésia qui elle est liée à Agamemnon etc.
Si ce n'est pas déjà fait, situez les PJ dans le Canevas ainsi formé et liez-les aux éléments en place.

Image

Il ne vous reste donc qu'à détailler tous les éléments de contenu que vous souhaitez : les personnages, les lieux, les indices etc.
Pendant la partie, vous aurez besoin de votre imagination pour mettre en scène tout cela. Mais en prenant en compte les choix des joueurs, vous n'aurez qu'à faire la mise en scène et inventer les conséquences des actes de chacun.
Pensez à créer des problèmes, mais ne prévoyez pas la façon dont les PJ doivent les aborder, ni les résoudre. Votre rôle sera de créer des problèmes de plus en plus grands au fil des parties, qui amèneront les PJ à faire des sacrifices. Donc ne prévoyez pas un combat ou une discussion : les actes des uns et des autres permettront de régler un problème de manière pacifiste ou musclée, voire de ne pas le régler. Et c'est là tout l'intérêt du jeu, que l'histoire se construise avec les choix des joueurs.
Ainsi le canevas possède l'avantage d'être aisément extensible, vous pouvez donc poursuivre l'histoire progressivement.

Pensez à intégrer sur le canevas des éléments liés aux objectifs choisis par les joueurs : par exemple, le fameux ennemis commun. Vous pouvez recycler un PNJ que vous avez déjà mis en scène ou en créer un spécialement pour ça.
Enfin, en mode Initiatique, les Archontes et les mentors de vos PJ auront certainement des missions à leur confier, c'est un très bon prétexte de départ pour lancer les PJ dans le canevas que vous aurez construit.
La richesse du canevas peut vous permettre d'évaluer le nombre de séances de jeu nécessaire pour finir le mode Initiatique.
Avatar de l’utilisateur
Démiurge
 
Messages: 290
Enregistré le: Mer Mar 26, 2008 12:40 am
Localisation: Poitiers

Messagepar Narbeuh » Jeu Fév 26, 2009 4:43 pm

Wyatt Scurlock a écrit:Sinon, à titre personnel, je ne suis définitivement pas fan des canevas. De plus, plus ils sont volumineux plus cela me rebute. Cela ne veut pas dire que je suis fermé à la non-linéarité et aux alternatives qui peuvent se poser aux personnages. Juste que les listes de lieux, de personnages et les chronologies autour de tout ça avec un monde qui évolue sans forcément placer les personnages au centre, cela ne me parle que peu. Aussi bien dans ma manière d'écrire pour moi et dans d'autres travaux que dans ma manière d'aborder un scénari écrit par quelqu'un d'autre.
Je sais pas, il y a quelque chose qui ne me séduit pas dans cette manière de concevoir la séance de jeu.


Tutafé. Pour reprendre la discussion sur linéaire/pas linéaire, j'ai parfois l'impression que certains chantres du scénar non-linéaire sont à la limite de l'escroquerie. Un peu comme si Spielberg nous vendait un pack avec les acteurs, le script, le décor, les costumes en kapok et deux barils de fumigènes et nous laissait en disant : "just do it". :8o

Le plus dur, à mon humble avis, quand on scénarise, ce n'est ni d'inventer une histoire, ni de décrire les PNJs qui y prennent part mais plutôt d'imaginer des scènes intenses que les joueurs prendront plaisir à jouer et de se demander comment on va réussir à les leur faire jouer.
Narbeuh, intrépide avant-courrier des Mondes en chantier
Image
Avatar de l’utilisateur
Narbeuh
Monde enchantié
 
Messages: 319
Enregistré le: Sam Mar 03, 2007 2:25 pm
Localisation: Cherbourg

Messagepar Narbeuh » Jeu Fév 26, 2009 4:46 pm

Et pis, pour revenir à l'origine du fil, j'ai envie de répondre (à escroc, escroc et demi :;) ) : "Il suffit d'avoir envie de le faire."

Si, Blakkral, tu as du mal à écrire des scénarios, es-tu bien obligé de le faire ? Il ne manque pas de scénarios du commerce, de scénarios dispos sur le web ou encore d'oeuvres littéraires ou cinématographiques que l'on peut assez aisément transformer en scénarios.

Ce qui est cool dans le jdr, c'est qu'on peut tout autant prendre du plaisir à faire jouer un scénario que l'on a pas écrit ::D
Narbeuh, intrépide avant-courrier des Mondes en chantier
Image
Avatar de l’utilisateur
Narbeuh
Monde enchantié
 
Messages: 319
Enregistré le: Sam Mar 03, 2007 2:25 pm
Localisation: Cherbourg

Messagepar Démiurge » Jeu Fév 26, 2009 4:47 pm

Le tout est de trouver des enjeux intéressants et ça roule tout seul. Pour moi ce qui est intéressant, c'est davantage ce que l'on peut éprouver dans la fiction en tant que joueur (ou PJ) que les ressorts narratifs du genre : "tadaaaan !"
Mais ça n'engage que moi.
Avatar de l’utilisateur
Démiurge
 
Messages: 290
Enregistré le: Mer Mar 26, 2008 12:40 am
Localisation: Poitiers

Messagepar StephLong » Jeu Fév 26, 2009 4:53 pm

Pour écrire un scénar quand j'y arrive bien entendu.

ça va paraitre évident mais je pars d'une idée qui va me donner grosso modo la trame principale de l'histoire, ensuite je cherche quelques musiques qui vont me mettre dans l'ambiance que je veux donner à mon scénar. Oui je suis incapable d'écrire dans le silence que ce soit du BG ou un scénar. J'ai même besoin de musique pour faire des relectures :D

Je visualise une scène forte ou deux en fonction de la musique choisie puis je passe au développement d'intrigues secondaires qui vont enrichir mon scénar et permettre d'offrir plein de possibilités aux joueurs afin d'éviter au maximum l'impression de linéarité chez eux.

Le scénar peut aussi venir d'une scène qui me vient en écoutant un morceau voir juste d'un PNJ qui frappe mon imagination et que j'ai envie de mettre en scène dans une histoire.

Il m'est aussi arrivé de travailler de manière thématique, en gros je choisi un thème classique : la vengeance apr exemple et je vois comment je peux mettre en scène cette idée de différentes manières, je les mets de côté et ensuite je vois ce que je peux réutiliser.

Il m'arrive aussi de me mettre face à mon clavier et de coucher au kilomètre des idées, je laisse murir tranquilement sur le disque dur et je reviens lire tout ça plus tard, et parfois hop l'idée grossit pour donner naissance à une trame secondaire voir principale.
Avatar de l’utilisateur
StephLong
Magnifico Pepeto
 
Messages: 4922
Enregistré le: Jeu Mar 01, 2007 4:12 pm
Localisation: Dunwich isarien

Messagepar Blakkrall » Jeu Fév 26, 2009 5:18 pm

@ Narbeuh : c'est ce que je fais, j'utilise des scénars du commerce. Mais de même que je joue parce que ça m'énerve d'être tributaire du héros d'un roman pour avancer dans l'univers dans lequel il évolue, j'ai du mal à faire jouer des choses écrites par les autres. Mais bon, je fais la fine bouche, parce qu'en général c'est bien écrit. C'est la phase d'appropriation qui est difficile.


@ Démiurge : tes articles son très intéressants mais à mon goût pas assez synthétiques. Peut-être que c'est trop spécialisé pour moi. En tout cas j'y ai trouvé des choses formidables, merci beaucoup.
Lune grise et pâle
Gémissements dans la rue
Les zombis approchent

F.6PO

Image
Avatar de l’utilisateur
Blakkrall
Indiana Thread
 
Messages: 1799
Enregistré le: Jeu Oct 16, 2008 5:35 pm
Localisation: Montivilliers (76)

Messagepar Démiurge » Jeu Fév 26, 2009 5:37 pm

Merci Blakkrall, content que ça t'ai été utile. :;)
Avatar de l’utilisateur
Démiurge
 
Messages: 290
Enregistré le: Mer Mar 26, 2008 12:40 am
Localisation: Poitiers

Messagepar Xaramis » Ven Fév 27, 2009 8:45 pm

Je ne suis pas un grand créateur ; donc, ma première façon de concevoir un scénario, c'est de m'inspirer de la création de quelqu'un d'autre (un roman, un film, une anecdote dans une œuvre non fictionnelle, etc.).
Quand il s'agit d'un film ou d'un roman, j'en décortique la trame, n'en gardant que le squelette sans relation avec un univers particulier
A cette phase de décorticage, j'aime bien établir un schéma d'ensemble, qui me permet d'avoir sous les yeux les principaux personnages impliqués (que je désigne par leurs fonctions comme "le riche pigeon", "le cerveau de la bande", " sa maîtresse éconduite", etc.), leurs alliances ou leurs antagonismes, les éventuels éléments matériels clés (un document secret, etc.).

Puis je rhabille ce squelette avec de la "chair" de l'univers pour lequel je souhaite écrire le scénario.

Par exemple, j'avais bien aimé l'intrigue du roman Enigmes dans l'Himalaya (Ragtime in Simla) de Barbara Cleverly, qui se déroule "du temps des Anglais aux Indes".
J'ai décortiqué sa trame, jusqu'à n'en garder que ceci :
Un chanteur, invité à donner un récital durant une fête, reconnaît fortuitement une de ses anciennes amantes, devenue, sous une fausse identité, la respectable épouse d'un notable. Témoin fortuit mais gênant de ce qui est une usurpation d'identité, le chanteur sera éliminé.
Les PJ, recoupant divers indices, mettront peut-être à jour cette usurpation d'identité.

Puis j'ai rhabillé cela dans divers univers de JdR : Castle Falkenstein, Arkeos (une aventure à Istanbul) et, pour une publication "pro", Te Deum.
Pour ce dernier, j'ai fait de l'usurpatrice une espionne catholique infiltrée au sein d’une entreprise de négoce (celle de son mari) servant de couverture aux agents protestants.
J'ai alors apporter de la chair "tedeumiste" à cette trame :
- un arrière-plan éminemment politique, impliquant des figures des guerres de religion (comme le prince de Condé) ;
- des PNJ directement impliqués dans l'aventure qui collent bien à l'ambiance que je souhaitais imprimer à l'aventure, plutôt "cape et épée" que roman d'espionnage sombre. Il y a donc un chanteur haut en couleurs coureur de jupon, un horloger magouilleur, un faux mage "égyptien", etc. ;
- une ville de Paris qui se révèle un nid d'espions catholiques et protestants, français, espagnols et anglais.

Bien sûr, c'est un exercice très différent d'écrire un scénario pour son usage personnel (qui n'a pas besoin d'être rédigé proprement, intégralement) et d'écrire un scénario pour que d'autres se l'approprient et s'en servent (là, il faut livrer un produit fini, utilisable).


En plus des articles de Démiurge, on trouve, sur le net, pas mal de réflexions sur le sujet, comme celle-là, celle-là, ou encore celle-là, ou celle-là, celle-là, etc.

Il me semble que Thom' avait aussi écrit un document (diffusé en PDF) très didactique et pratique sur le sujet, mais je n'arrive pas à remettre la main dessus.
Au final,
Venez chercher ou partager des inspirations rôlistes dans Inspirôle, ou voyagez dans le sillage de Corto
Avatar de l’utilisateur
Xaramis
Jean Marais
 
Messages: 342
Enregistré le: Sam Mar 10, 2007 1:52 pm

Messagepar Rom1 » Mar Mar 03, 2009 9:03 am

Wyatt Scurlock a écrit:Je pars de quelques scènes que je visualise autour d'une trame très basique, très sommaire. Cette trame intègre déjà, évidemment, les intentions qui sont parfois à l'origine du scénario ou constituant le cadre.
Par exemple, pour revenir sur un scénario que j'ai écrit pour Cthulhu, j'avais envie d'aborder un cadre original. J'avais envie d'éviter que cela se passe aux USA.
J'ai donc, vu mes goûts et mon obsession pour l'URSS des années 30, transporté l'action là-bas.
Forcément, cela apporte des spécificités qu'il est bon de travailler, sinon à quoi bon déplacer le lieu de l'intrigue...
Donc l'action se passe dans le froid, dans de grandes étendues glacées, dans une mine.
Les joueurs ne sont des investigateurs ordinaires, ils sont membres d'une commission spéciale chargée d'enquêter sur la baisse de production d'une mine qui est loin d'atteindre ses quotas obligatoires.
Tout ça dans un contexte de paranoïa d'état, de délations et de purges de personnes impliquées à quelque degré que ce soit dans l'appareil d'état. Comme les PJ.
Donc, là, j'ai le cadre.
Maintenant, qu'est-ce qui a causé cette baisse de productivité ?
Je cherche dans le bouquin et dans les nouvelles une raison qui entre bien dans l'univers de Lovecraft. En effet, je réfléchis rarement voire jamais aux méchants et aux adversaires dès le début. C'est une fois que j'ai le cadre que je me pose sur les personnages antagonistes.

Je bâtis ensuite le scénario un peu comme un film. Ok, il sera probablement linéaire mais comportera une progression, des scènes de tension, des scènes plus calmes, un climax etc etc... L'important pour moi, c'est plus le rythme et les ambiances que la résolution d'une intrigue.
Je donne à ce moment là du détail, du corps. Je décris les lieux, les personnages, réfléchis à des sous-intrigues qui viennent toutes seules car les descriptions de lieux ou de personnages s'y prêtent. Par exemple autour des officiers du NKVD (police politique) qui surveillent et gèrent le lieu...

Enfin, je colle des musiques aux scènes, ce qui m'aide à fignoler les derniers détails d'ambiance et même d'autres détails suivant ce qui peut venir en tête à ce moment là.


Et dire que tout ça se termine par le viol d'un PJ par des Voormis, après que ses propres hommes l'aient abattu.
::D
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar Bob Darko » Mar Mar 03, 2009 9:06 am

C'est justement là que tu te plantes.
Dans l'esprit de Wyatt, ça commence par le viol du PJ par des Voormis. Tout le reste du scénar est construit autour de cette scène.
Modifié en dernier par Bob Darko le Mar Mar 03, 2009 9:11 am, modifié 1 fois.
L'arme la plus mortelle de l'homme est son cerveau. C'est pourquoi je ne l'utilise que si j'y suis vraiment obligé. ~Rat-man
La gamme complète Imputrescibles en téléchargement gratuit!
Avatar de l’utilisateur
Bob Darko
Pulmono Massacro
 
Messages: 3374
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 9:35 am

Messagepar Rom1 » Mar Mar 03, 2009 9:06 am

Ca expliquerait bien des choses.
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisir de fin gourmet."
- Georges Courteline

Mon blog
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Black Torpedo
 
Messages: 10263
Enregistré le: Lun Fév 26, 2007 7:55 pm
Localisation: Reims

Messagepar djaal » Mar Mar 03, 2009 11:30 am

moi je pose une synopsie de mon histoire

ensuite je décris les pnj qui risquent d'être importants pour l'histoire
description physique, capacités, motivations....

une petite chronologie avant l'arrivée des pjs

ensuite on rajoute les pjs dans la marmitte

si les ingrédients se marrient bein ensemble on obtient une bonne soirée :))))
Avatar de l’utilisateur
djaal
 
Messages: 31
Enregistré le: Dim Mar 01, 2009 11:48 am
Localisation: normandie

Messagepar Solstice » Mar Avr 07, 2009 12:34 am

Moi j'ai une autre question par rapport à ça.....comment peut on prévoir grosso merdo le temps moyen d'un scénar?

J'ai un scénar que je n'ai encore jamais réussi à terminer même après trois séances et à coté de ça jeudi dernier j'ai un scénar qui s'est arrêté beaucoup trop tôt, j'ai du improviser une sorte de postface d'1h....
New Trekkie
Avatar de l’utilisateur
Solstice
 
Messages: 13
Enregistré le: Lun Avr 06, 2009 11:54 pm
Localisation: Ile de France

Messagepar Démiurge » Mar Avr 07, 2009 12:38 am

Solstice a écrit:Moi j'ai une autre question par rapport à ça.....comment peut on prévoir grosso merdo le temps moyen d'un scénar?


En le rendant plus rigide :
Plus le MJ gère le rythme, plus le temps de jeu est prévisible. Si les joueurs ont carte blanche, c'est tout bonnement imprévisible dans une certaine amplitude, bien sûr.

Après, les habitude de tes joueurs sont un paramètre important : plus ils ont tendance à réfléchir avant d'agir, à débattre etc. Plus les parties seront longues et ce, quelle que soit la richesse du scénar.
Avatar de l’utilisateur
Démiurge
 
Messages: 290
Enregistré le: Mer Mar 26, 2008 12:40 am
Localisation: Poitiers

Précédente

Retourner vers Workshop

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron