Page 1 sur 3

Enigmes policières

MessagePosté: Ven Aoû 19, 2011 11:37 am
par Fabien Lyraud
Et si nous proposions quelques énigmes pour jouer un peu. En plus elles seront aisément recyclable en scénario.

Un bus sort de la route. Tous les passagers ainsi que le chauffeurs sont morts à l'intérieur. Les premières observations du légiste sont que les décès sont survenus avant l'accident. De plus toutes les victimes ont sur le corps des traces de piqûres parfois accompagnées de boursouflures.
C'est un dépanneur qui est arrivé le premier sur les lieux. Or on a signalé le matin même le vol d'une dépanneuse qui curieusement a été rendu quelques heures après la découverte de "l'accident". Or c'est cette même dépanneuse qui a servi a ramener le car accidenté vers le garage de la police et donc qui est arrivé la première sur les lieux.
Que s'est il passé ?

MessagePosté: Ven Aoû 19, 2011 11:49 am
par The Old Ben
Le dépanneur est le tueur et il avait plusieurs abeilles tueuses qui sont en faites des armes d'expérimentations biologiques de l'armée...Dommage collatéral qu'il disait..

EDIT : Plus sérieusement, un scientifique qui fait des test grandeur nature d'un vaccin contre une certaines formes de piqure d'abeille. Sa femme étant morte face à ça il y a plusieurs années.

MessagePosté: Ven Aoû 19, 2011 11:50 am
par Fabien Lyraud
Tu y es presque.

MessagePosté: Ven Aoû 19, 2011 12:55 pm
par Odillon
Un laboratoire a fait des expérimentations illégales d'un vaccin sur des volontaires payés mais les tests ont mal tournés et les cobayes sont tous morts. Profitant du fait que l'un des volontaires est un chauffeur de bus d'une bourgade voisine, le laboratoire simule le fait qu'il a effectivement pris son service normalement et place les autres morts dans son bus : l'objectif est de provoquer un faux accident de la route expliquant le décès du chauffeur et de ses passagers.

Mais la personne en charge de transporter le bus jusqu'au lieu du faux accident sort de la route et ne parvient pas à redémarer. Il appelle un complice qui vole une dépanneuse pour transférer le bus jusqu'au lieu prévu pour l'accident. Il s'apprête à accrocher le bus à sa dépanneuse quand les autorités arrivent, alertées par un conducteur qui a vu le bus sur le bas côté et les passagers immobiles. Pris de court, il prétend qu'il a été appelé, lui aussi, sur les lieux et, contraint et forcé, tracte le bus jusqu'au centre d'examen médico-légal avant de fuire.

MessagePosté: Ven Aoû 19, 2011 1:32 pm
par Fabien Lyraud
C'est beaucoup plus simple en fait.

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 10:51 am
par Fabien Lyraud
Je donne la solution.
L'assassin avait placé un nid de frelon dans le car. Ce sont ces petites bêtes qui sont à l'origine de la mort des occupant du bus. Celui ci continue sa route jusqu'au prochain virage et sort de la route.
L'assassin vole une dépanneuse. Il arrive sur les lieux du crime et récupère le nid et le détruit.

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 1:23 pm
par Odillon
Un peu bizarre qu'on ait trouvé aucun frelon dans le car, non ?

J'en propose une autre.

Dans un quartier bourgeois, une femme hurle à sa fenêtre et demande de l'aide avant d'être touché par une décharge de fusil et de s'effondrer à l'intérieur de l'appartement. Les passants appellent la police et les habitants de l'immeuble se pressent devant la porte principal de l'appartement qui appartient à un riche couple. Là, ils entendent des bruits de lutte et une autre décharge de fusil, puis plus rien. La porte d'entrée est une lourde porte avec une serrure robuste et il faut du temps à la police avant de parvenir à l'ouvrir.
Quand la police rentre dans l'appartement, elle trouve le mari mort au milieu du salon (l'analyse médico-légale démontrera qu'il est mort sur le coup après avoir été touché et avoir lutté contre son agresseur) et la femme qui, elle, a été touché alors qu'elle appelait à l'aide et qui s'est beaucoup traîné dans l'appartement avant de mourir. En revanche, il n' ya pas de traces du fusil ou de l'assassin. Or, l'appartement n'avait que trois issues : la porte d'entrée principale devant laquelle les autres habitants de l'immeuble et la police était rassemblée, la grande fenêtre donnant sur la rue en dessous de laquelle une foule de passant s'était rassemblé et la porte de service pour les domestique, qui ne s'ouvre et ne se ferme que de l'intérieur et qui est fermée de l'intérieur. Il était impossible de la crocheter de l'extérieur et la serrure ne porte aucune marque et aucune griffure caractéristique d'une tentative de crochetage. La police est d'ailleurs arrivé à cette issue dix minutes après l'appel à l'aide, avant que la porte principale ne soit ouverte et personne n'aurait pu crochyeter une telle porte en si peu de temps.

Il n'existe pas de cachettes ou de passages secrets par lequel l'assassin aurait pu partir en emportant le fusil.

Que s'est-il passé ?

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 2:01 pm
par Fabien Lyraud
En fait la femme a tué son mari et s'est infligée une blessure mortelle avant de jeter le fusil par la fenêtre qu'elle a ensuite fermé.

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 2:07 pm
par Coraline
Ou alors c'était l'amant de la femme qui l'a couvert en fermant la porte de service derrière lui. Pour pas qu'elle soit accusée il l'avait blessée mais finalement la blessure est trop grave et elle mourra avant que les secours n'arrivent ?

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 2:11 pm
par Odillon
Vous chauffez.

quelques précisions :

On n'a pas retrouvé le fusil à proximité de l'appartement, quelqu'un a donc dû l'emmener.
Il y a eu deux détonations de fusil en tout et pour tout et le type de modèle de fusil ne permet pas d'y placer un silencieux ou d'etouffer le bruit car les deux victimes ont été tué avec un puissant fusil de chasse.
Personne ne pouvait raisonnablement croire que la blessure de la femme lui permettrait de survivre.

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 2:55 pm
par Alias
Le mari et la femme ont été tués en même temps, d'un seul coup de feu qui a tué le mari et blessé à mort son épouse au moment où elle appelait à l'aide. L'assassin est un habitant de l'immeuble, qui est ensuite sorti par la porte principale de l'immeuble.

Il a ensuite tiré un second coup de feu pour faire croire à un deuxième tir. Le bruit de lutte entendu par les autres habitant correspond à l'épouse qui se traînait dans l'appartement.

MessagePosté: Sam Aoû 20, 2011 3:17 pm
par Odillon
Fabien et Coraline étaient plus prêts de la solution.

MessagePosté: Dim Aoû 21, 2011 12:48 pm
par Odillon
Bon Fabien et Coraline étaient vraiment tout prêt.

Comme, le fusil n'est plus là et n'a pas été trouvé, c'est que quelqu'un l'a emmené.
Comme sur les trois issues, une seule n'a pas été surveillée tout le temps, la personne qui a emmené le fusil est parti par la porte de service.
Comme cette porte a été fermée de l'intérieur après le départ de la personne transportant le fusil et que seule la femme n'est pas morte sur le coup, c'est cette dernière, gravement blessée, qui a fermé la porte avant de mourir.
Pourquoi aurait-elle permis à son assassin de fuire ? Parce que la personne qu'elle a aidé n'était pas son assassin.

La femme a un amant et elle décide de quitter son mari pour lui. La femme et l'amant vienne annoncer ce départ au mari et récupérer les affaires de l'épouse avant son départ. Le mari ne l'entend pas de cette oreille et sort un fusil. L'amant se jette sur lui et ils commencent à se battre. La femme appelle à l'aide à la fenêtre mais le mari prend le dessus dans la lutte et lui tire dessus. L'amant parvient à reprendre la lutte, arrache le fusil des bras du mari et le tue à bout portant. La femme comprend qu'elle ne survivra pas et que tout accuse son amant : elle lui permet donc de fuir avec le fusil car celui-ci porte ses empreintes et qu'il n'a pas le temps de le nettoyer.

MessagePosté: Mar Aoû 23, 2011 10:34 am
par Fabien Lyraud
Un vol de bijoux a été commis dans une piéce n'ayant aucune fenêtre et dont la porte était fermée à clé.
On sait que :
- La pièce dispose d'une cheminée. Mais le conduit est trop étroit pour qu'un humain puisse y passer. Et elle n'est d'ailleurs plus utilisée et n'a pas été ramonée depuis longtemps.
- Un témoin rapporte avoir entendu jouer de la flûte dans la rue qui jouxte la maison où a eu lieu le cambriolage.
- Les enquêteurs ont trouvé un poil sur le sol.

Comment le vol a- t -il été commis.

MessagePosté: Mar Aoû 23, 2011 10:40 am
par XXVII
Par un dresseur de singe...