[vie d'auteur] Comment survivez-vous aux critiques ?

Pour parler du reste et raconter des histoires horribles au coin du feu.

Modérateur: Modérateurs

[vie d'auteur] Comment survivez-vous aux critiques ?

Messagepar Coraline » Ven Avr 27, 2012 9:47 am

C'était un sujet que je me tâtais à lancer depuis un petit moment (à peu près deux mois) mais j'hésitais pour des raisons X ou Y, dont l'une était que je ne savais pas trop dans quelle catégorie créer ce fil. Notons que je n'ai d'ailleurs toujours pas résolu le problème ^^

Bref, passons mes états d'âme pour en venir à la question centrale : comment vous, auteurs - que vous soyez amateurs ou professionnels, de jeu de rôle, de nouvelles, romans, ou n'importe quoi d'autres que vous voudrez, d'ailleurs ça peut aussi marcher pour les illustrateurs, ne soyons pas sectaires - réagissez et vivez les critiques que l'on peut vous faire ?

Je ne parle pas seulement des critiques assassines qui pourraient se résumer à "vous n'êtes qu'un étron baveux et puant" mais aussi les critiques qui se veulent positives mais qui révèlent qu'ils n'ont rien compris à votre Oeuvre (du genre, quelqu'un qui dirait à Picasso : j'adore les variations de gris dans Guernica, c'est très fort). Ou encore les critiques de vos amis qui sont super louangeuses mais qui font que lorsque vous passez à un public plus large, il est parfois difficile d'admettre des victoires moins éclatantes (et vous êtes tellement déçu que, en conséquence, vous n'avez plus envie d'écouter les encouragements de vos proches). Parce que parfois une critique favorable fait plus de mal que de bien...

Bref, comment survivez-vous aux critiques, qu'elles quelles soient ? Quelle stratégie avez-vous mis en place pour ne pas vous laisser atteindre (trop) par elles et pour continuer votre chemin coûte que coûte (ou pas) ?
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Sevoth » Ven Avr 27, 2012 10:03 am

Image
Sevoth
"J’écrisse jusqu’à devenusser criasse, larme et
pleur.
J’écrisse jusqu’à m’arrachalasser la peauterie
du corps.
J’écrisse jusqu’à tomberir dans la poussière et
devenusser poussière.
" L'effrayable.
Avatar de l’utilisateur
Sevoth
Salle de billard +1 (avec jacuzzi)
 
Messages: 944
Enregistré le: Lun Fév 16, 2009 10:09 pm
Localisation: Noisy le Sec (93). Yes, america : come get me.

Messagepar Shunpo » Ven Avr 27, 2012 10:12 am

Je pense avoir eu un cursus artistique et académique qui m'a énormément confronté à des retours bruts de décoffrage et où il fallait avoir l'égo bien accroché. Pour faire rapide : j'ai toujours appris à coup de poings dans la gueule... donc forcément au bout d'un moment, on arrive mieux à gérer ce genre de choses. Je vais me contenter de faire un parallèle avec mon expérience théâtrale où j'ai été (et suis encore) extrêmement exposé à la critique.

Premièrement, j'estime un retour en fonction de plusieurs critières :

- Sa légitimité : la personne est-elle mon coach ? l'ai-je choisie ? est-ce une référence du domaine ? etc.

- Sa technicité : sa construction et les notions techniques auxquelles elle fait référence me permettent-elle de progresser ? Si la réponse est non, je perds mon temps à prendre en compte cette critique.

- Son contexte : Je distingue surtout un contexte de travail (je bosse ma discipline) et de performance (je me représente en spectacle par exemple). Dans un contexte de travail, je suis là pour manger de la critique, progresser, pas pour qu'on me passe de la pommade. Quand je performe, certes je suis preneur d'un retour permettant d'aller vers l'amélioration, mais ce qui m'intéresse c'est surtout le "ça m'a plu/ça m'a pas plu". C'est une performance et donc seul le résultat compte. Je demanderai certes une analyse a posteriori auprès d'une personne qualifiée, mais en gardant à l'esprit - si la critique est négative - que les contre-performances, ça arrive aussi.


Maintenant, par rapport à la question qu'en faire ? ou plus prosaïquement, comment les prendre ?

L'un de mes metteurs en scène avait un jour bashé un peu sévèrement un acteur en disant : "Est-ce que je peux être un peu dur ? Euh... pourquoi quand tu joues on n'arrive pas à te croire ?" Ce qui pour un comédien est quand même assez difficile à encaisser... Ce même metteur en scène nous a confiés ensuite "vous savez, c'est quand on vous secoue le cocotier qu'il faut s'y attache de toutes ses forces". C'est dur mais c'est ainsi qu'on progresse.

Connaître ses faiblesses, accepter qu'elles soient là c'est le premier pas avant de se remonter les manches pour les effacer en bossant comme un taré dessus. Pour parler concrètement, c'est à la suite de certaines critiques que j'ai pu décider de changer de troupe de théâtre pour trouver un coach capable de me faire travailler sur certains points d'amélioration...

Donc en conclusion, une critique me renvoie toujours à 2 questions : est-ce que j'ai la bonne méthode de travail ? est-ce que je travaille assez ?


Mes 2 drachmes.
"Une histoire a un début, un milieu et une fin, mais pas forcément dans cet ordre là"
- Jean-Luc Godard
Avatar de l’utilisateur
Shunpo
 
Messages: 56
Enregistré le: Mar Jan 24, 2012 3:13 pm

Messagepar Le Passeur » Ven Avr 27, 2012 11:19 am

Vu que je suis un insatisfait chronique, les critiques erçues vont toujours dans le même sens que moi. Je pense qu'inconsciemment j'essaye de plaire au plus grand nombre et que fatalement, ça ne marche jamais.
Généralement donc, ça me mine un peu et puis j'essaye de faire mieux sur les points qu'on a trouvé faibles et avec lesquelles je suis d'accord. Ca n'empêche que quelque fois, ça me turlupine toujours ("Mais...mais..Pourquoi il a dit ça hein ?")

En revanche, depuis quelques années, j'ai pris assez de confiance pour prendre en compte ce que disait Shunpo sur la légitimité. Parfois un type bouffi d'orgueil et/ou d'aigreur vient vomir tout un tas de truc en se citant en exemple, alors que le mec n'a techniquement rien fait, voire pire, à fait un truc pompeux et pas original pour trois sous. Ca m'est arrivé de tomber sur deux types comme ça en convention, qui t'expliques la vie, en rajoutant que les éditeurs sont tous des cons uberliberalites qui ne pensent qu'à leur profit (et là, dans le JDR, tu te dis WTF ?), et que toi, t'es en vendu en somme...Erf...Il y a quelques temps, je pense que j'aurais pris en compte ces critiques, pas parce qu'elles me semblaient légitime, mais par manque de confiance. C'est bel et bien une question de tri qui est salutaire : le bon qui sert à corriger, le mauvais qui sert à rien et qui doit être écarté. Le mieux c'est d'en parler avec une tierce personne, franche, qui peut faire un tri plus objectif.

Je suis également d'accord avec le fait que tout le monde est source d'apprentissage, tout dépend comme le ton est posé (si c'est péremptoire généralement la critique tombe à plat), mais les "tu devrais peut-être ajouter ça" sont super utiles et participe au processus de création. C'est un ciment indispensable pour éviter la "bulle fermée", c'est d'autant plus vrai de la part des éditeurs. Fabien et Charlotte m'ont énormément apporté dans leur travail d'édition pour Achéron, mon éditeur des Editions Fei également...D'autant plus que lorsque tu ne vois pas un point comme eux, tout se rediscutent. C'est d'ailleurs ça pour moi, leur vrai fonction : la critique améliorative.

Pour le gars qui n'a rien compris, ça ne m'est jamais arrivé, c'est sans doute parce que je suis un super explicateur génial et pédagogue ou que les gens que j'ai rencontré sont intelligents (ça me chiffonne de le dire hein...)
Modifié en dernier par Le Passeur le Mer Mai 09, 2012 5:34 pm, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Le Passeur
 
Messages: 650
Enregistré le: Dim Fév 07, 2010 6:15 pm

Messagepar Baby Firefly » Ven Avr 27, 2012 12:04 pm

Bah, dés lors que tu t'exposes, tu dois t'attendre à un retour. Même un "c'est de la merde" est pour moi une critique recevable. Je me formalise pas, je ne me regarde pas trop le nombril et j'essaie de me mettre à la place du critique: vu que pour moi aussi, parfois, ce que je consomme en matière de culture "c'est de la mrd", je trouve que c'est un juste retour des choses d'accepter la critique.
Par contre il est important de connaitre le critique, essentiel même! Si tu connais ses goûts/genres de prédilection et sa façon de communiquer avec autrui, tu apprécieras mieux la critique.
Ex: un "c'est de la merde" de la part d'un critique habituellement peu loquace mais au gout sur sera bien plus éloquent que le même jugement porté par, disons, Sevoth ... ::]

Baby
--
PS: je n'ai rien contre Sevoth, ce n'était qu'un exemple, j'aurais pu prendre rom1, ça aurait été tout aussi pertinent. ::]

EDIT: je parlais de critique de nouvelles et toutes ces sortes de choses
Chinese, Japanese, Dirty knees, look at these!
JDRs à vendre!!!
Avatar de l’utilisateur
Baby Firefly
 
Messages: 145
Enregistré le: Dim Nov 18, 2007 8:49 pm
Localisation: Ferme de Rejects'hill

Messagepar Coraline » Ven Avr 27, 2012 12:24 pm

Et si un critique que tu estimes, ou que tu as mis toi-même en position de te juger, te dit que ton texte est de la m***, tu fais quoi ? Tu jettes ton texte ? Tu arrêtes d'écrire ?
"Plus que jamais nous avons besoin des jedis"
Les Chèvres du Pentagone.

"On ne connait pas le verbe éventrer ? Et maintenant, c'est mieux ?" Michael M.
Avatar de l’utilisateur
Coraline
Seconde victime de Michael Myers
 
Messages: 498
Enregistré le: Jeu Fév 10, 2011 6:43 pm
Localisation: Senlis

Messagepar Bob Darko » Ven Avr 27, 2012 12:31 pm

Le problème n'est pas de réagir aux critiques mais de savoir les anticiper.
Une tête de cheval mort suffit, généralement.





Plus sérieusement, tout dépend de comment c'est formulé. Savoir remercier quand on dit du bien, ignorer quand on dit du mal et dans tous les cas en tenir compte quand c'est constructif. Évidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire parce que chacun s'approprie ses "œuvres", il y a toujours une part d'affectif.
L'arme la plus mortelle de l'homme est son cerveau. C'est pourquoi je ne l'utilise que si j'y suis vraiment obligé. ~Rat-man
La gamme complète Imputrescibles en téléchargement gratuit!
Avatar de l’utilisateur
Bob Darko
Pulmono Massacro
 
Messages: 3374
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 9:35 am

Messagepar Sevoth » Ven Avr 27, 2012 1:07 pm

Je ne manque pas d'éloquence, monsieur !

De pertinence, certainement ! D'intégrité, je le conçois ! Mais d'éloquence, ça non ! Jamais !
Sevoth
"J’écrisse jusqu’à devenusser criasse, larme et
pleur.
J’écrisse jusqu’à m’arrachalasser la peauterie
du corps.
J’écrisse jusqu’à tomberir dans la poussière et
devenusser poussière.
" L'effrayable.
Avatar de l’utilisateur
Sevoth
Salle de billard +1 (avec jacuzzi)
 
Messages: 944
Enregistré le: Lun Fév 16, 2009 10:09 pm
Localisation: Noisy le Sec (93). Yes, america : come get me.

Messagepar Le Passeur » Ven Avr 27, 2012 2:16 pm

Coraline a écrit:Et si un critique que tu estimes, ou que tu as mis toi-même en position de te juger, te dit que ton texte est de la m***, tu fais quoi ? Tu jettes ton texte ? Tu arrêtes d'écrire ?


Tu lui demandes pourquoi et tu vois si tu es d'accord déjà.
Après, tu retravailles si les arguments t'ont semblé pertinents ou tu défends chèrement ta vie en envoyant des flames sur des forum de rôliste...^^

Je pense que le fait de mal digérer une critique c'est essentiellement une question de mise en forme et de communication.
Un gars qui t'envoie au rebut cash, sans argumenter, pour moi son jugement n'a pas de valeur, de même que le gars qui te fait des louanges sans t'expliquer ce qu'il a aimé.
Une fois la critique reformulé, très souvent, elle prend la forme d'avis, avec du "à prendre" et du "à laisser" dedans. On perd le côté corrosif et blessant du truc.
En fait, je pense que ce qui déplait le plus c'est que l'investissement personnel et celui du temps de travail ne soit pas couronnés de succès et ça doit être ça qui fait le plus de peine.
Avatar de l’utilisateur
Le Passeur
 
Messages: 650
Enregistré le: Dim Fév 07, 2010 6:15 pm

Messagepar Brain.Salad » Ven Avr 27, 2012 4:00 pm

Coraline a écrit:Et si un critique que tu estimes, ou que tu as mis toi-même en position de te juger, te dit que ton texte est de la m***, tu fais quoi ? Tu jettes ton texte ? Tu arrêtes d'écrire ?


Et bien s'il te dit ça, c'est que ce n'est pas un vrai critique. Il y a une différence entre casser les pattes et avoir un oeil bienveillant sur les faiblesses. Mais au bout d'un moment, sincérement, tu ne peux pas te pencher sur l'avis de tout le monde. Tu n'auras jamais l'unanimité et aucun avis ne doit te dégoûter de ce que tu aimes faire. Si tu crois en ce que tu fais, si tu aimes ce que tu fais, alors tu auras suffisamment de recul et de force pour admettre tes faiblesses et tenter de les améliorer. La remise en question perpétuelle, c'est ce qui fait grandir et trier les avis que tu peux lire. Lorsqu'on doute, on est pas surpris par certains retours, puisqu'on y est préparé. Etre trop sûr de soi, de son talent, de son immense intelligence, c'est se prendre les critiques plus violemment.
Tandis que lorsque t'es bosseur, quand tu te connais bien, que tu cherches à t'améliorer en connaissant bien tes forces, y'en a qu'une sur cent qui te touche au coeur (en général, c'est celle à laquelle tu ne t'attends pas, justement).
Dans le cas que tu cites, je ne vois pas le but de la manoeuvre. Lorsqu'il n'y a rien à apprendre, aucune volonté de t'expliquer ce qui cloche pour que tu en tires un bénéfice... Ca n'a strictement aucune utilité. Ca revient à redonner sa dictée à un môme en lui disant simplement que c'est de la merde. Qu'est ce qui ne va pas ? Où sont les fautes ? Y'avait-il un moyen de faire mieux ? Ai-je une sale habitude à corriger ?
Avatar de l’utilisateur
Brain.Salad
Travelo Mysterio
 
Messages: 6339
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 1:43 pm
Localisation: Locaux d'Isis Inc.

Messagepar Odillon » Ven Avr 27, 2012 4:19 pm

Je ne suis pas sûr de comprendre le sens de cette discussion.

Tout le monde, dans tous les domaines, subit à un moment des critiques sur ce qu'il fait/ a fait. Certaines sont inutiles, injustes, pertinentes, font, mal, font avancer, autre (barrer et combiner ça comme vous voulez). Chacun y fait face selon sa personnalité, souvent en en gardant certaines en travers de la gorge et en se félicitant d'avoir été recadré à d'autres moments. Tout le monde y "survit" sauf peut-être de très rares cas de narcissiques suicidaires.

Image

Je ne vois pas bien en quoi les auteurs de JdR (ou d'autre chose) seraient différents des autres personnes.
Et en plus, je n'ai strictement rien à vous vendre.
Odillon
 
Messages: 633
Enregistré le: Lun Mai 25, 2009 12:36 pm
Localisation: Lille

Messagepar Le Passeur » Ven Avr 27, 2012 4:21 pm

Probablement parce que tu as plus de chance que ton "produit" soit vu par un public plus varié et que certains "cercles" ont la gâchette sensible.
Ca ne s'adressait d'ailleurs pas seulement aux auteurs de JDR, à ce que j'ai cru lire.
Avatar de l’utilisateur
Le Passeur
 
Messages: 650
Enregistré le: Dim Fév 07, 2010 6:15 pm

Messagepar Odillon » Ven Avr 27, 2012 4:52 pm

Le Passeur a écrit:Probablement parce que tu as plus de chance que ton "produit" soit vu par un public plus varié et que certains "cercles" ont la gâchette sensible.
Ca ne s'adressait d'ailleurs pas seulement aux auteurs de JDR, à ce que j'ai cru lire.


Je ne suis pas auteur de JdR ni d'une quelconque oeuvre artistique mais dans une vie professionnelle antérieure j'ai écrit des textes qui ont eu une publicité certaine et qui m'ont valu des critiques de tout type, allant du cirage de pompe courtisan aux menaces de mort (je n'exagère pas sur les extrêmes) en passant par des insultes nominatives dans un bouquin, des remarques négatives mais constructives et des remarques positives dans des limites raisonnables.

Ca ne m'a touché ni plus, ni moins que des commentaires sur mes rédactions au collège ou sur ma façon de monter un meuble ou peindre une pièce chez moi (certes, personne ne m'a menacé de me faire m'assurer que mon testicule droit avait le même goût que le gauche pour ma façon de repeindre la chambre conjugale mais toute remarque excessive perd de sa pertinence et n'affecte pas vraiment).

Je ne crois absolument pas à la spécificité de la réaction d'un auteur par rapport à toute critique ou remarque qu'on peut se prendre dans la vie de tous les jours.
Et en plus, je n'ai strictement rien à vous vendre.
Odillon
 
Messages: 633
Enregistré le: Lun Mai 25, 2009 12:36 pm
Localisation: Lille

Messagepar Julien H » Ven Avr 27, 2012 4:59 pm

Je me demande si ta parenthèse évoque les menaces ou le cirage de pompe... :;p
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Ultimo Pepito
 
Messages: 6935
Enregistré le: Sam Fév 24, 2007 12:25 pm

Messagepar Odillon » Ven Avr 27, 2012 5:03 pm

Julien H a écrit:Je me demande si ta parenthèse évoque les menaces ou le cirage de pompe... :;p
Les deux, mais un voulait le faire gentillement et l'autre méchament. s://(( -->://((s://(( -->
Et en plus, je n'ai strictement rien à vous vendre.
Odillon
 
Messages: 633
Enregistré le: Lun Mai 25, 2009 12:36 pm
Localisation: Lille

Suivante

Retourner vers L'Elizabeth Dane

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron