Mea-culpa

Oh non, je vous rassure, je vais éviter de déplorer une énième fois l’abandon de ce blog. Il faut se rendre à l’évidence, à l’heure des réseaux sociaux, il n’est plus très adapté à la communication rapide. D’autant plus avec un template d’une lourderie certaine, ce qui freine toute envie de faire un petit billet rapide. C’est juste impossible. Pour faire mieux, je dois tout casser une énième fois. Mais on va prendre le temps de la réflexion avant, parce que justement, le “temps”, c’est le vrai motif de ce mea-culpa. Et tant qu’à refaire un blog, j’aimerai qu’il soit définitif cette fois-ci et que les liens ne sautent pas non plus. En plus, j’ai des projets, mais passons.

En fait, ce billet s’adresse à tous ceux que j’ai déçu, à tous les rôlistes qui m’ont fait l’amitié d’acquérir Humanydyne et Sable Rouge et qui attendent, encore et encore, des suppléments gratuits promis de longue date. Lorsque j’ai commencé  il y a dix ans dans les jeux de rôles amateurs, j’avais pas mal de temps libre, ce qui me permettait de produire des PDF gratos et de pouvoir être réactif sur les forums. Mais, dès la sortie d’Humanydyne en 2006, les choses ont changé. Je ne m’en suis pas rendu compte immédiatement mais j’avais changé et le public aussi. Le temps libre a commencé à se réduire comme peau de chagrin et chaque nouveau supplément PDF demandait encore plus d’effort que le précédent (oui, je suis une saloperie d’insatisfait). Au point qu’il est devenu de plus en plus difficile de revenir sur certains jeux, de trouver les créneaux pour écrire, dessiner et maquetter. A l’inverse, chaque production gratos donnait droit à peu de retours, peu de critiques, bref un “retour sur investissement” quasiment nul (on les compte sur les doigts d’une main de lépreux pour Wonderlondres). Difficile, dès lors, de comprendre pourquoi une poignée nous demande la suite, mais ne nous fait quasiment pas de retours quand ça sort. Bosser dans son coin, avec sa seule volonté comme moteur et publier dans une quasi indifférence, honnêtement, c’est juste décourageant. Visiblement, le payant entraîne plus de réactions que le produit gratuit. C’est un fait, et pas que pour les jeux cités. C’est une constatation des acteurs de ce milieu.

Mon erreur, mes erreurs, est d’avoir voulu faire vivre des jeux one-shot, d’avoir tenté de fournir du matériel gratuitement.  “En bonus”, alors que rien ne m’y obligeait. Dès le lancement de Sable Rouge, divers soucis personnels m’ont mis six mois de black-out dans les dents. Autant dire un  creux très difficile à combler. Il n’est guère évident d’animer ou de construire  sur la durée des choses collectives (comme des ezines par exemples), alors bâtir tout  seul des suppléments réguliers quand on est même pas éditeur… Et que d’autres projets viennent s’intercaler. Ça devient quasiment impossible si on souhaite toujours proposer du gratuit. Cela explique sans doute pourquoi on trouve de moins en moins de suivi gratuit pour les gammes actuelles, ou intercalées entre d’autres produits payants. On s’assure au moins un retour sur investissement pécuniaire, vu que le retour “d’avis” est devenu nul.

Vous allez me dire, t’avais qu’à ne rien promettre au départ, vieille salade. Oui mais je suis comme ça, je veux faire plaisir mon enfant. Et lorsque ce suivi n’est qu’à ta charge, ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une gamme construite avec l’éditeur, avec ses deadlines et compagnie. Cela devient quelque chose qu’on fait “à côté”, “quand on peut”, “quand on aura le temps”…  Bref, on atteint les limites de la professionnalisation du jeu de rôles tout simplement. En tout cas, personnellement, je l’ai atteinte.

Le jeu de rôles ne me fait pas vivre. D’ailleurs, il ne le fera jamais. Tout ce que j’écris, tout ce que je dessine, je le fais à côté d’un boulot à temps plein pour pouvoir acheter des croquettes à mon chien rouquin (et des pâtes à ma femme, moi je me contente de les regarder manger). Cela implique forcément que mon temps libre est rempli à bloc et que je dois faire des choix, optimiser mon temps et rentabiliser mon travail.  Même si le jdr ne rémunérera jamais ce travail à la hauteur du temps qu’on y passe.  Cela explique aussi une présence en filigrane dans les conventions, souvent trop loin pour entrer dans mon agenda.

Les jours s’écoulent, les mois passent et on a vite fait de se bouffer plusieurs années dans les dents en laissant ses promesses en plan. On se dit “oh putain je les ai abandonnés, je ne suis qu’un gros connard”.

Parce que oui, je suis sans doute un gros connard (on l’est toujours paraît-il),  mais non je n’ai pas oublié. Mais je crois qu’il est dans la nature du jdr que les auteurs se chopent des casseroles, avec des suppléments qui ne sortent pas, des aides de jeu aux calendes grecs, des idées qui tombent à l’eau, malgré leurs bonnes volontés… Je ne suis pas dans une tour d’ivoire, je n’abandonne rien et ceux qui me connaissent savent que je ne lâche pas un projet facilement. Pour preuve, Incarnat va sans doute enfin sortir après presque six ans de stase.

Simplement, je ne souhaite plus annoncer de dates, promettre des choses et décevoir à nouveau. Ces jeux ne sont pas abandonnés, ils font partie de moi et ce ne sont pas des jeux aussitôt faits/aussitôt oubliés. Pardonnez-moi de vous avoir donné cette impression. Vraiment. Je sais que cela n’apaisera pas votre déception et ne calmera pas vos attentes. Mais je n’ai rien d’autre à vous faire télécharger pour le moment… Oui “pour le moment”.

Willy

Partagez cet article:
  • Print
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • RSS
Catégories : Blog

10 commentaires

  • Fred H dit :

    Tellement vrai de chez vrai… Ca me rappelle bien des choses.

  • Bénito dit :

    Oh bah j’aurais pu écrire exactement la même chose pour Plagues. Willy ! Sors de ma tête !

  • Poulpy dit :

    Monbrainy,

    t’as raison, t’est qu’un batard! Il est où Nexus?

    Plus sérieusement, c’est très sympa a toi de ne pas vouloir “décevoir” tes fans mais sérieux, te prend pas la tete.
    Je ne peut que parler pour ma gueule evidemment mais le manque de suivis gratos ne me dérange pas. J’achete tes jeux pour leur cintenue. Qui est souvent tres satisfaisant. si ya des bonus. tant mieux et sinon, tant pis. Du moment que la gamme payante suffit a jouer, sa me suffis. tu as tes factures a payer et je suis assez grand pour me débrouiller.
    n’écoute pas les raleurs. bosser dans un SAV m’a bien montrer que ceux qui sont déçu l’exprime et sont entendus car l’immence majorité, satisfait du produit n’ont pas de raison de faire entendre leur avis.
    bref, take it easy, continu a nous faire du bon boulot quand t’as le temps c’est tout ce que moi en tout cas te demande.
    bisoux tentaculaire.
    poulpy

  • dr dandy dit :

    C‘est clair que c‘est très con mais ca se comprend vu que tu ne vis pas du jdr.
    Ego Te Absolvo comme dirais le père Michel.

    c‘est pourquoi je m‘efforce de pondre moi meme le matos qui m‘interesse sans attendre que les editeurs sortent du matos pour des jeux qui ne se vendent plus.
    courage.

    PS: moi aussi j‘attends ton retour sur mon Humanydyne France. ;)

  • Sy-Ghud dit :

    Juste un mot pour faire un retour (parce que, mea culpa, je n’en ai pas fait).
    La seule de tes productions que j’ai lue est Humanydyne, et franchement, c’est du beau boulot.
    Voilou et merci.
    Bon courage

  • Une fan dit :

    Tu pourrais au moins compenser en mettant en ligne des photos de toi, lascivement étendue sur une peau de chèvre naine avec un feu de cheminée en fond…

    Tant pis.

  • Syzia dit :

    Tu nous manques, vieux machin. Mais on comprend ;)

  • Alkayl dit :

    Un petit message pour dire que la qualité du travail que tu as fourni sur Humanydyne m’a donné envie de lâcher White Wolf pour plonger dans San Sepulcro. L’univers me stimule suffisamment pour m’avoir fait créer des grilles de salaires pour les employés de l’agence et me fera sans doute dessiner la carte du métro de San Sepulcro.

    Alors, si tu gagnes au loto, je lirai avec plaisir les suppléments que tu pourras produire.

  • tobormory dit :

    Je ne viens pas souvent par ici et je découvre tout juste ton article. Tu décris une situation que tout le monde (sauf peut-être un gosse de 10 ans) comprend et peut de lui-même s’imaginer. Je ne vois donc pas comment on pourrait en vouloir à un type qui apporte tant à notre passion !
    Perso, ton mea culpa est totalement inutile et n’a pas de raison d’être. Mais franchement il t’honore et montre encore une fois que t’es un mec super !
    En plus j’adore ton humour (cf. “pour pouvoir acheter des croquettes à mon chien rouquin (et des pâtes à ma femme, moi je me contente de les regarder manger)”). Rien que pour ça je suis fan !
    Alors peu importe les projets attachés à un arbre et abandonnés au bord de la route, tant qu’il y en a d’autres !
    Keep on rocking, man ! Keep on !
    ;-)

  • M.Orson dit :

    Juste Merci pour la qualité des productions réalisées !

    Humanydyne m’a été conseillé par un ami et je ne regrette pas depuis. Ce même ami m’a parlé de Sable rouge, re-bingo ! décidémment.

    J’ai mis du temps à lire ce Méa culpa, et j’ai attendus d’autre productions, mais oui, les contraintes de temps et de moyens sont de celles que l’ont ne peut vaincre qu’avec des choix Cornéliens difficiles…

    Mais bon, moi je dis, des motivés amateurs reprendront tout ou partie du flambeau, voire pas du tout… Le projets viennent, grandissent, s’arrête, reprennent, disparaissent, rennaîssent tel des phénix, hasta la vista !

    Donc, un re-merci et puis si ça reviens, tant mieux, sinon, ben , il n’y aura pas d’expédition punitive pour enlever le Brain salad, et l’attacher à sa table d’écriture pour débriefing complet de toutes les gammes qu’il a lancé.

    A+

Laisser un commentaire